Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Investissements Directs à l’étranger (I.D.E), une radiographie de l’influence de la Chine

L’influence d’un pays à l’étranger se mesure à la fois à l’empreinte de sa culture, à son rôle dans les affaires du monde, au poids qu’il exerce sur elles, à sa capacité de rayonnement et d’attraction, à sa puissance militaire et à la force de son commerce. Dans tous ces domaines on ne peut que constater l’impact grandissant de la Chine. Il est cependant un critère de mesure où le vieil empire est encore à la traine, c’est celui de ses investissements extérieurs.

S’il est vrai que ces derniers augmentent très vite, d’abord parce qu’ils partaient de presque rien, leurs stocks cumulés restent encore très en-dessous de ceux des pays développés. L’investissement non seulement en capital, mais en ressources humaines, en projets, en espérance de développement, au demeurant non dénué de risques, est en réalité une des mesures la plus complète – bien au-delà du simple commerce - du niveau d’interaction internationale et d’influence.

Et dans ce domaine, l’examen des engagements chinois révèle d’abord un retard en dépit d’une longue suite d’articles de presses qui, oubliant les mises en perspectives, laissent croire à une domination irrésistible de la Chine, ce qui conduit à tort à la présenter comme une menace. La réalité montre aussi une très forte dépendance aux zones recélant des réserves d’énergie et de matières premières où, depuis 2005 ont été appliqués 46% des investissements chinois.

Enfin, l’étude qui suit signale à la fois que les priorités d’investissements de la Chine restent toujours la sphère occidentale avec 30% des engagements concentrés en Amérique du nord, en Australie et dans les pays de l’UE ; elle indique en même temps des efforts vers les pays en développement – 15% des engagements sont dirigés vers l’Afrique, avec une accélération du flux ces dernières années – et un important effort vers les pays de l’ASEAN, cibles de 12% des capitaux chinois.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les faces cachées de l’ouverture commerciale chinoise

Pressions américaines et résilience chinoise

Embardées verbales à l’ONU. Pékin inquiet et à bout d’arguments réagit avec placidité

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité