Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Les guerres de l’espace et des microprocesseurs, deux secteurs clé de la rivalité sino-américaine

Cette note analyse la compétition de puissance entre la Chine et les États-Unis vue sous l’angle des affichages très médiatisés des progrès technologiques chinois à partir de deux exemples récents rendus publics par Pékin.

Au milieu des offensives de Washington et de ses alliés occidentaux pour tenter de les étouffer par les sanctions, les embargos et un contrôle plus sévère des échanges scientifiques, Pékin vient de faire état de progrès spectaculaires dans deux secteurs clés, qui sont aussi des emblèmes particulièrement observés par le grand public.

Cibles privilégiées des ostracismes américains et fleurons symboliques de la maîtrise par la Chine des hautes technologies, il s’agit de la station spatiale Tiangong 天宮 et du champion chinois de la téléphonie mobile Huawei 华 érigés par Pékin en flambeaux de la capacité de riposte indépendante de la Chine aux sanctions américaines.

L’espace entre performances et propagande.

Le 4 octobre dernier, lors du 47e Congrès international d’astronautique à Bakou en Azerbaïdjan, un représentant de la CAST (Association chinoise des Technologies Spatiales - 中国科学技术协会 –) a révélé que la station spatiale Tiangong 天宮 serait agrandie de trois à six modules et que sa durée de vie opérationnelle serait prolongée au-delà de quinze ans. Lire : La station Tiangong entre dans sa phase finale.

Au moment où l’ISS approche de l’échéance de sa fin opérationnelle prévue en 2030, Pékin espère que, prolongeant un schéma que la NASA fait vivre depuis 22 ans, l’ajustement qui offrira à la communauté mondiale des astronautes une plateforme alternative pour des séjours en orbite spatiale, placera la Chine au centre des missions humaines dans l’espace proche de la terre.

Opérationnelle depuis 2022, Tiangong qui évolue à 480 km d’altitude, peut accueillir trois astronautes. Son extension à six modules qui doublera la capacité d’hébergement portera son poids total à 180 tonnes, soit 40% du poids de l’ISS (490 tonnes) qui accueille 7 astronautes. Tel est le contexte à partir duquel le discours de l’appareil se projette dans un futur spatial où, dit le discours du Parti, la Chine sera au cœur de projets « inédits  ».

Pour l’instant, en dehors des missions vers Mars (lire : Le « Dieu du feu » chinois s’est posé sur Mars), les plus médiatisés sont : 1) l’exploration de la face cachée de la Lune où, le 3 janvier 2019, Pékin avait posé le module Chang’e 4 ; et 2) Grâce aux missions Chang’e 6 (2024), 7 (2026) et 8 (2028), la construction sur la Lune d’une station internationale de recherche (国际月球研究站. Sigle anglais : ILRS) dont l’achèvement est planifié pour 2040, échéance récemment retardée de dix ans par rapport aux déclarations initiales.

Entre temps, vers 2030, l’Agence spatiale chinoise prévoit de poser sur la lune une équipe d’astronautes chinois, 67 ans après les Américains de la mission Apollo 11, Neil Armstrong, Michael Collins et Buzz Aldrin, les deux premiers respectivement décédés en 2012 et 2021 à l’âge de 82 et 90 ans.

Réticences occidentales. La longue route vers la prévalence globale.

La communication publique du site Internet de l’agence spatiale chinoise CNSA dit aussi que la mission Chang’e 8 (2028) accueillera favorablement des projets conjoints « d’autres pays et organisations internationales  », avec l’espoir que « la Chine et ses partenaires internationaux travaillent ensemble 中国与国际伙伴合作, non seulement pour le lancement et l’exploitation en orbite d’engins spatiaux 轨道上发射和运行航天器, mais également pour conduire des interactions entre eux 还开展航天器互动 et explorer conjointement la surface de la Lune 共同探索月球表面. »

Alors que Tiangong 天宫 est devenue la marque emblématique des progrès spatiaux chinois en même temps qu’un motif de fierté et de confiance nationale, symbole de la revanche et du défi à l’Amérique dont le Congrès avait écarté la Chine de l’ISS et interdit à la NASA de coopérer avec les projets chinois (lire Shenzhou 10 et Tiangong 1, dernier arrimage. Quelle coopération avec la Chine ? et Tian Gong. La revanche céleste de la Chine, d’autres nations s’alignent dans la course à l’espace.

La Russie, participant à l’ISS, mais stratégiquement révoltée contre la domination globale de l’Amérique et de ses alliés, est clairement considérée par Pékin comme un partenaire possible de ses projets spatiaux et même un acteur essentiel de la construction avec d’autres, notamment ses partenaires des BRICS - Brésil, Inde, Afrique du Sud – d’un module supplémentaire de sa Station spatiale.

En 2022, en tous cas, Roscosmos, l’agence spatiale russe, annonçait son intention de construire une station spatiale composée de six modules pouvant accueillir jusqu’à quatre cosmonautes. Mais, compte tenu de l’absolue priorité stratégique de la guerre en Ukraine, il est prudent d’anticiper que le projet prendra du retard.

Enfin, portant un coup aux aspirations de la diplomatie spatiale de Pékin, en janvier 2023, l’Agence européenne (ESA) déclarait qu’elle n’avait pas le feu vert « budgétaire et politique » pour participer à Tiangong et annulait un projet de visite de la station chinoise par des astronautes européens en projet depuis plusieurs années.

La décision avait provoqué l’aigreur du « Global Times » qui regrettait « la courte vue » de l’Europe et son alignement à Washington dans « une nouvelle course à l’espace ».

Enfin et surtout l’ambition de Pékin de se placer au centre des projets spatiaux de la planète doit être mise en perspective par la réalité des budgets consacrés à l’espace par les différents acteurs (chiffres 2022) toujours largement dominés par ceux de Washington à hauteur de 60% des dépenses spatiales globales, et cinq fois celui de la Chine (62 Mds contre 12 Mds de $) (lire : New record in Government Space Defense spendings driven by investments in Space Security and Early Warning).

L’autre perspective manquant à la vision chinoise de dominer la course globale à l’espace, en réaction à l’ostracisme de Washington, est l’ampleur des projets américains baptisés « Artémis ». Jean-Paul Yacine les avait évoqués en juillet dernier en regrettant que l’empreinte de la féroce rivalité stratégique sino-américaine s’élargisse déjà jusque sur la Lune (lire : La concurrence du projet Artémis).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Dubaï, la Chine championne des renouvelables et du charbon

Projets spatiaux chinois et rupture de la coopération avec l’Occident

Guerre froide sino-américaine. Pékin riposte aux embargos de Washington en interdisant le géant MICRON

Modernisation de l’industrie lourde, « Chine 2025 » et transferts de technologies

Les circuits occultes de la fuite des microprocesseurs américains vers la Russie