Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Arrestation de Zhou Yongkang ; système politique et constitution

Réseaux de Zhou des filières du pétrole et de la province du Sichuan.

Une stratégie circulaire contre les réseaux criminels de Zhou.

Après avoir répété qu’il s’agit du plus haut responsable politique chinois mis en examen depuis la « Bande des quatre », il faut s’intéresser à la stratégie circulaire et par étapes qui, à force d’accumuler preuves et témoignages, a conduit à faire chuter un personnage de cette envergure.

Diligentées par Wang Qishan, Président de la Commission de discipline et membre de la garde rapprochée de Xi Jinping, les enquêtes précises et inflexibles effectuées dans les divers centres de pouvoir de Zhou ont inexorablement rapproché les investigations de leur cible. Simultanément, les médias officiels distillaient régulièrement les noms des anciens proches tombés dans les filets des enquêteurs, mis en examen ou condamnés.

A la fois systématique et implacable, conduite à un rythme soigneusement calculé, ponctuée par des révélations de presse de plus en plus explicites, la stratégie avait pour but de bousculer les réticences des caciques retraités du Parti qui, inquiets de la rupture du tabou de l’immunité des anciens, craignaient pour leur propre sécurité. Le défi pour Xi Jinping gêné par la contradiction entre l’exigence éthique et le dogme du « rôle dirigeant du Parti » qui conduit à une justice aux ordres et forcément tendancieuse, était de taille.

Un échec sur l’affaire Zhou aurait signifié un très grave revers politique pour le Président. Le silence du Bureau Politique et du Comité Central sur l’affaire lors du 4e Plenum, pourtant consacré à l’État de droit, a pu être interprété comme une victoire temporaire des retraités, inquiets pour eux-mêmes et la cohésion de l’appareil. A l’inverse, le succès qui, il est vrai, ne renforce pas l’État de droit, ni forcément la lutte contre la corruption, signale la consolidation de son pouvoir.

Une longue enquête…

La manœuvre contre l’ancien n°9 du Bureau Politique a commencé en sous main quand il est apparu que Zhou se plaçait en soutien de Bo Xilai dont il voulait faire son successeur à la Commission Législative, mais dont la carrière politique a explosé en vol. Les espoirs politiques de BO qui faisait ouvertement son auto-promotion pour entrer au Comité permanent, furent détruits le 6 février 2012 par la fuite de son adjoint Wang Lijun au consulat des États-Unis à Chengdu et par l’assassinat du consultant britannique Neil Heywood, par son épouse Gu Kalai.

…qui visait la famille et les réseaux.

La stratégie d’encerclement de Zhou s’est poursuivie avec la mise en examen, l’arrestation et la destitution des dizaines de cadres de CNPC et du Sichuan proches de Zhou ou de son réseau. Son fils, Zhou Bin, sa belle fille Huang Wen, sa belle-sœur, Zhou Lingying, son frère Zhou Yuanqing, sa deuxième épouse Jia Xiaoye, le beau-père de son fils Huang Yusheng, ont été arrêtés. En décembre 2013 un message sur Weibo émanant de CCTV signalait la mise en résidence surveillée du parrain.

Le 29 juillet 2014, pour la première fois l’appareil communiquait officiellement sur la mise en examen de l’ancien n°9. Dans la foulée, le Quotidien du Peuple écrivait un article condamnant moralement Zhou et l’excluant du cercle des « camarades » du Parti.

En novembre dernier, un autre article le décrivait comme le « parrain de cinq réseaux de corruption » articulés autour de la province du Sichuan, de l’industrie de pétrole, de l’appareil de sécurité, de ses anciens secrétaires et de sa famille, formant ensemble, disait l’article, « un Commonwealth du crime ».

La charge frappe de plein fouet les réseaux politiques qui soutiennent la corruption érigée en système, lui-même protégé par des réseaux d’allégeance où la fidélité est dédiée à une coterie plutôt qu’au Parti et au peuple.

Un puissant signal qui ne s’attaque pas à la racine du problème.

Pour autant, la nouvelle de l’arrestation de Zhou après l’hésitation du 4e Plenum élimine un obstacle ponctuel, envoie un puissant signal à travers les rangs de l’appareil, mais ne résout pas la question de fond qui est celle des véritables racines de la corruption endémique de l’appareil.

Elle indique simplement que les caciques à la retraite ont accepté de sacrifier un des leurs, probablement parce que, plus qu’un simple corrompu, l’ancien patron de la CNPC ancien maître de la sécurité d’État, est aussi accusé à la fois d’une tentative factieuse et de crimes de sang, dont l’un perpétré contre sa première épouse assassinée au Sichuan, a été maquillé en accident de circulation.

Les commentaires des médias officiels ont argumenté autour de l’efficacité dissuasive de l’arrestation de Zhou. Mais, souligne Moses, les débats sur la méthode et sur l’origine du mal dont certains laissèrent entendre qu’il pourrait s’enraciner dans la nature même du régime qui fait de la corruption un mal consubstantiel du système, semblent avoir été mis sous le boisseau.

Cette tendance à l’omerta, oblitérant les effets pervers d’une justice aux ordres à la fois juge et partie et occultant les réflexions qui remettent en cause la nature même de l’appareil où la sélection par cooptation favorise les parrainages qui dérivent souvent vers la corruption, n’est pas sans rapport avec les dernières interprétations par le régime de sa propre constitution.

Confortant le magistère du Parti, l’interprétation de la constitution…

Le 4 décembre des écoliers du district de Yunyang près de Chongqing, apprennent la constitution.

Célébrée le 4 décembre dernier à l’occasion de la première journée chômée en son honneur, la constitution chinoise qui fut révisée 4 fois depuis 1949 garantit les libertés politiques, mais les encadre strictement par la notion « d’intérêt national » dont les marges d’interprétation très larges autorisent nombre d’abus des pouvoirs publics.

…en affaiblit la portée et prend le risque de perpétuer les abus.

Surtout le premier article interdit la remise en cause du système socialiste, ce que le Quotidien du Peuple a, dans un éditorial daté du 4 décembre, assimilé à la primauté indiscutable et exclusive du Parti Communiste à la tête du pays : « La constitution est le reflet des révolutions, constructions et réformes mises en œuvre sous la direction du Parti. Elle légitimise son rôle dirigeant. »

Dans ce contexte très univoque, le China Daily du 4 décembre cite la voix hétérodoxe de Lin Laifan, professeur de droit à Qinghua, auteur en 2005 d’un essai intitulé : « la constitution ne peut pas rester éternellement sans pouvoir » (宪法 不能 全然 没呀 - xianfa bu neng quanran meiya) : « Notre constitution devrait freiner les abus de la puissance publique et protéger les droits des citoyens. Ce qui est exactement ce dont nous sommes privés ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Hong Kong : l’Art 21 sur la sécurité nationale, arme absolue de Pékin contre les émeutiers démocrates. Les juges de la R.A.S. résistent-ils ?

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten