Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Beidaihe

La retraite annuelle de Beidaihe que Xi Jinping a d’abord songé à reporter a tout de même eu lieu, probablement sous la pression de certains au Bureau politique et des anciens ayant jugé que les tensions internes et externes auxquelles la Chine est soumise nécessitaient une mise à plat.


*

L’idée date de Mao Zedong qui l’avait lancée en 1953 : réunir les haut-cadres du régime, y compris les retraités, dans la station balnéaire de Beidaihe à 300 km à l’est de Pékin sur les rives de golfe de Bohai près de Qinhuangdao où le premier empereur Qin était venu chercher l’immortalité. Le Grand Timonier avait 60 ans.

Au pouvoir depuis quatre ans, il était encore dans sa phase de « construction et d’ouverture » et prêchait la convivialité, y compris avec ses anciens ennemis du Guomindang et ceux qui, par la suite, furent cruellement persécutés, les intellectuels, « les paysans riches et moyen-riches ».

L’habitude du séminaire d’été est restée. Mise en scène ambiguë d’une respiration politique du régime, elle est toujours protégée par un implacable secret et nimbée d’insistantes spéculations sur les luttes internes pour le pouvoir dont les analystes guettent les symptômes.

Cette année ne fait pas exception. Le secret est toujours là, chape de plomb plus opaque qu’à l’habitude baignée du silence assourdissant des médias officiels. Tandis que fleurissent les rumeurs sur les luttes de pouvoir, les observateurs en sont réduits à décrypter les indices.

Alors que fait rage la plus virulente empoignade stratégique avec Washington depuis l’établissement des relations officielles il y a quarante ans [1], et que le régime se tait, le séminaire d’été des cadres a t-il bien eu lieu s’interrogent les observateurs ?

Oui répond le South China Morning Post du 3 août assumant que la réception à Beidaihe d’une délégation de 58 chercheurs et professeurs par Chen Xi, membre du Bureau Politique et président de la Commission d’organisation du parti, proche de Xi Jinping dont il a été le camarade de chambre à Qinghua, marquait cette année le début de la retraite d’été des hauts cadres du régime.

L’incertitude est donc levée au moins en théorie, car les médias officiels sont muets, alors qu’un moment le bruit avait couru que la réunion serait supprimée pour cause d’épidémie. L’hypothèse était, dit-on, celle privilégiée par Xi Jinping, dont l’audience au sein du parti est moins brillante que celle de l’opinion sublimée jusqu’au lyrisme par la propagande.

Mais avec la somme des problèmes stratégiques, sociaux et économiques, dans le contexte dangereux d’une relation sino-américaine sur le point de sombrer, pouvant déraper vers des incidents explosifs irrattrapables, le Comité Central et le Bureau Politique auraient insisté pour que la réunion ait lieu.

Sur ses gardes, le parti est pessimiste.

L’ affiche de propagande exprime le goût du n°1 pour les formules tirées de l’histoire ancienne et des classiques. « 每日 一句话 – A chaque jour sa citation ». Ses références sont souvent celles de la souffrance et de l’effort pour un avenir meilleur et la gloire de la Chine. Le 8 août le QDP citait « 艰难困苦,玉汝于成 - Jiannan kunku, yu ru yu cheng - Comme le polissage affine le jade, la souffrance et la frustration rendent meilleur ».

Une autre référence prisée par Xi Jinping est attribuée au néo-confucéen 张载 Zhang Zai (Song du Nord – 960 – 1127) : « 贫穷低贱, 忧愁烦恼往往可以磨砺人的意志, 助人取得成功 - Pinqiong dijian, youchou fannao wangwǎng keyi moli ren de yizhi, zhuren qude chenggong : La pauvreté, l’humilité, la tristesse et les problèmes peuvent souvent aiguiser la volonté des gens et les aider à réussir ».


*

Indice que les temps sont durs et que l’appareil est sur ses gardes, le 8 août, le Quotidien du Peuple, publiait en première page un long article intitulé « Bâtir une belle vie malgré la pluie et le vent sous la direction du Parti Communiste Chinois » - ».

Signé de Xuan Yan 宣言 (littéralement « déclaration », pseudonyme habituel du département de la propagande, ses premiers mots qui citaient Xi Jinping étaient « 艰难困苦,玉汝于成 », tirés du Livre des Odes : « Comme le polissage affine le jade, la souffrance et la frustration rendent meilleur » .

Puis, continuant sur le thème de la lutte contre l’adversité : « C’est à travers les épreuves que des centaines de millions de personnes ont avancé avec courage vers un avenir meilleur ».

« L’adversité », en réalité Washington, n’était pas directement nommée, mais la diatribe était sans équivoque : « Ceux qui érigent des barrières douanières et agitent la menace du “bâton hégémonique 霸权的大棒“ ne font que soulever une pierre qui leur retombera sur les pieds. 搬起石头砸自己的脚 ».

Puis, en substance, accusant - toujours sans les nommer - les États-Unis, d’aller à contre-courant des temps, l’éditorial plaçait, par contraste, l’action de la Chine dans le sens de l’histoire et de l’ouverture au monde. Le ton était celui d’une envolée lyrique à la gloire de Xi Jinping : « En traçant notre route au profit du monde, nous avançons d’un pas calme et ferme 从容 坚实的步伐, au milieu du chaos des nuages 乱云 et dans le sens de l’histoire 在时代发展的潮流中. »

Le « sens de l’histoire » était précisé par un autre article en page 6 du Quotidien du Peuple signé cette fois de Huang Kunming, proche de Xi Jinping depuis le Zhejiang, membre du Bureau Politique et grand maître de la propagande du Comité Central depuis 2017.

Une propagande à la gloire de Xi Jinping.

Le 8 août, un article du QDP signé de Huang Kunming en charge de la propagande du régime, faisait l’éloge du 3e Tome de « La gouvernance de la Chine 治中国 » de Xi Jinping.


*

Fidèle du n°1 à qui il doit son ascension, Huang rappelait la récente publication du 3e tome de la « Gouvernance de la Chine » par Xi Jinping, où le n°1 exprimait sa foi dans le marxisme, ses ambitions du « rêve chinois », sa détermination à maintenir la stricte discipline au sein du Parti et la nécessaire vigilance face aux risques et aux crises.

Surtout, il insistait sur « l’enthousiasmante perspective d’une gouvernance globale à l’aune des caractéristiques chinoises », cœur de la pensée d’une ère nouvelle selon Xi Jinping, le « guide 领袖, qui place le peuple et son bonheur au sommet des priorités du Parti ».

Une pensée, dit-il « portée par une force riche d’une puissance autant pratique que théorique et, en même temps, enveloppée dans le charme du temps présent. 这正是习近平新时代中国特色社会主义思想富有理论定力, 实践伟力, 时代魅力的根源所在. »

Le décor et la parole officielle étant posés, reste à examiner les indices et les rumeurs de querelles internes. Au passage, que la réunion ait eu lieu ou pas, les les rumeurs de discorde sont elles bien réelles. Il serait imprudent de croire qu’elles n’auraient aucune substance et ne seraient que l’œuvre des ennemis du régime comme le dit la propagande.

Note(s) :

[1Le 13 août, le Quotidien du Peuple publiait un article, signé de Xinhua, intitulé « A Washington, Pompeo est “un pirate des temps modernes“ ». Il accusait le Secrétaire d’État américain aux affaires étrangères d’être « Un menteur, un voleur et un imposteur ayant trahi la devise de West Point “Devoir, Honneur et Patrie“ ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti