Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

CHEN Shui-Bian affaibli, Pékin joue la patience

Pékin a eu une réaction relativement modérée aux “Propositions” faites par le président CHEN Shui-Bian dans son discours du Nouvel An lunaire : abolir le Conseil National d’Unification et les Directives nationales pour l’Unification, demander à être membre des Nations Unies et lancer les réformes constitutionnelles avec référendum en 2007. Un simple porte-parole du Bureau des Affaires taiwanaises (de Pékin) a déclaré le 8 février que M. CHEN est “un trublion”, “un saboteur”, qui veut maintenir un calendrier indépendantiste par des mesures légalistes
Ce faisant, les dirigeants chinois poursuivent la stratégie de bonne volonté patiente qu’ils ont choisie depuis que les vents électoraux favorables aux oppositions Kuomintang et PFP poussent CHEN Shui-bian dans une impasse. Le président taiwanais parait en effet désarmé politiquement et il n’est pas rééligible en 2008. Il cherche visiblement comment exister au cours des deux années de mandat qui lui restent et il n’est peut-être pas à bout de ressources.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Manoeuvres législatives

Présidentielles. Victoire de Lai Qing De ; net recul législatif du Min Jin Dang. Souple et pragmatique, Ko Wen-je renforce sa position d’arbitre

Présidentielles 2024 : Lai toujours favori. L’écart avec Hou se resserre. Les perspectives du scrutin législatif se brouillent

Promouvoir la démocratie et les libertés pour échapper au face-à-face avec Pékin

Nouvelle irruption de Terry Gou dans la course présidentielle