Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Est-ce le réveil des microprocesseurs chinois ?

Le schéma global montre les interdépendances du secteur des microprocesseurs et la position dominante des Américains et de TSMC. Au centre Taïwan et TSMC, enjeu stratégique autant que technologique. La Chine à gauche qui considère l’Île comme son territoire, investit sans compter dans le secteur pour rattraper son retard. A droite, l’Amérique devenue le rival stratégique de la Chine a laissé sa production de microprocesseurs de très haut niveau dépendre du Taïwanais TSMC. Pour l’instant l’avantage est sans conteste aux États-Unis ayant réussi à persuader le Taïwanais d’établir une usine sur le sol américain employant 1600 personnes, par un investissement de 12 Mds de $ en Arizona. Ouverture prévue en 2024.
L’introduction record du Chinois Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMICY) à la bourse de Shanghai, ayant levé 6,6 Mds de $, le 16 juillet n’a pour l’instant pas ébranlé l’optimisme du n°1 du secteur, Taïwan Semiconductor Manufacturing (TSMC). S’il est vrai que l’embargo décrété par D. Trump contre Huawei dont les achats comptaient pour 15 à 20% des revenus de TSMC en 2019, heurte les affaires du groupe taïwanais, ses perspectives de ventes restent optimistes. Ses points forts sont toujours une nette avance technologique par rapport à un éventuel concurrent chinois et l’explosion des achats pour l’équipement des centres de stockage de données, par les concurrents de Huawei. Pour 2020, les prévisions optimistes du groupe taïwanais sont impressionnantes. Elles tablent sur une hausse des revenus de 20% en 2020 par rapport à 2019 et envisagent une hausse de ses investissements de 1 milliard de $ qui en atteindraient 17 Mds.


*

Le 16 juillet la bourse de Shanghai a enregistré sa plus spectaculaire introduction depuis le début de l’année, avec une levée de fonds de 46,3 Mds de Yuan (6,6 Mds de $) pour le 1er producteur chinois de micro-processeurs Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC).

Déjà cotée à la bourse de Hong Kong où sa valeur a triplé depuis mars, l’action de SMIC s’est envolée à +245 % lors de l’introduction à Shanghai.

Il y a lieu de s’interroger sur ces effervescences boursières peut-être liées à une intervention de l’État chinois, alors qu’en 2019 les ventes de SMIC avaient baissé de 7% après l’embargo américain interdisant aux fournisseurs de Huawei d’acheter des composants électroniques américains, sur qui repose toujours en grande partie la production de SMIC.

Aujourd’hui l’industrie des microprocesseurs reste dominée par le Taïwanais TSMC et il est improbable que SMIC parvienne à rattraper son retard dans un futur proche.

Selon nos sources, l’intention de SMIC fortement appuyée par les pouvoirs publics, serait de consacrer au moins 40% des fonds levés à produire des « puces » de 7 à 14 nanomètres (1 nm = 10-9m) qui pourraient intéresser Huawei.

Toutefois, selon les experts, pour l’heure, le groupe de Shanghai ne serait pas en mesure de fabriquer des microprocesseurs de 7 nm sans l’aide de la technologie américaine.

*

La situation est à suivre. Les sanctions et l’embargo américains sont en effet un puissant adjuvant à l’accélération des progrès de l’industrie chinoise des « puces ».

SMIC dont le 2e investisseur est un fond public d’investissement dans l’industrie des microprocesseurs, est pour l’heure la meilleure chance chinoise de rattrapage. Compte tenu de l’importance de l’enjeu, les finances publiques chinoises ne mesureront pas leur appui au groupe.

Pour l’instant cependant, la marge technologique du Taïwanais TSMC reste confortable.

Lire : Les efforts « techno-nationalistes » de Pékin.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La station spatiale Tian Gong accueille trois spationautes chinois. Dans l’espace, comme sur terre, l’humanité avance en ordre dispersé

Le « Dieu du feu » chinois s’est posé sur Mars

La station 天宫 Tiangong entre dans sa phase finale

Du train magnétique à l’écologie automobile intelligente. Mythes et réalités du nationalisme technologique

Compétition spatiale autour de la « planète rouge »