Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Hong Kong. Les grands défis de Carrie Lam

Le terrain miné de la politique.

Le 26 mars, des Hongkongais protestent contre la nomination de Carrie Lam. Une élection par un comité de 1200 délégués est une élection au rabais (選 賤 人 xuan jian ren).


*

Dans ces circonstances, Carrie Lam, prudente, a déjà annoncé qu’elle chercherait à maintenir la portée juridique et politique du schéma « un pays deux systèmes », mais qu’elle ne prendrait pas le risque de relancer la polémique pour une véritable élection du gouverneur au suffrage universel sans interférence de Pékin. Pour commencer, elle s’efforcera, dit-elle, de réunir les Hongkongais autour des consensus les plus simples du fonctionnement des services publics, de la lutte contre le chômage et de la baisse des loyers. Pour beaucoup, particulièrement parmi les plus jeunes, le compte n’y est pas.

Accusée d’avoir pris au cours des tensions de 2014 une position trop favorable à Pékin elle est désormais attendue sur le terrain de la réforme du mode d’élection du gouverneur [1].

Préparer la voie à Pékin ou réinventer Hong Kong.

Les trois revendications les plus fréquentes au cours des manifestations organisées à Hong Kong contre les intrusions chinoises dans la politique intérieur de la R.A.S.


*

La dimension des défis sur la route de Carrie Lam a peut-être été le mieux décrite par la lettre ouverte à son intension signée de Shen Jian avocat Hongkongais, publiée le 28 mars par le South China Morning Post.

Se désignant lui-même comme l’un des millions de Hongkongais qui n’eurent pas leur mot à dire dans sa nomination, il lui souligne d’emblée que la majorité des habitants de la R.A.S qui l’acceptent néanmoins comme gouverneur, n’approuvent cependant pas qu’elle ait été choisie pour représenter Hong Kong sur la scène mondiale et surtout à l’Assemblée Nationale Populaire chinoise.

Après quoi, lui ayant rappelé qu’à côté de l’administration, sa tâche comportait aussi un volet politique visant à convaincre les Hongkongais très sceptiques que leurs intérêts et ceux du gouvernement central à Pékin n’étaient pas forcément exclusifs les uns des autres, il lui a dessiné deux routes possibles.

La première consistait à conduire les affaires courantes, à garder à la fois la tête hors de l’eau et le contrôle sur le cours des événements pour, agissant comme un intendant, préparer au mieux l’échéance de 2047. Cette voie comporterait implicitement l’acceptation du discours ambiant selon lequel l’adaptation de Hongkong aux normes du Continent était inéluctable, que les meilleures années du Territoire étaient révolues et que Carrie Lam ne serait en réalité que le « concierge » du déclin de la R.A.S.

La deuxième voie tirerait au contraire partie des formidables atouts du Territoire. Grande Cité aux portes de la Chine connectée à son marché financier et appréciée des étrangers ; une des enclaves les plus riches au monde, devenue une plateforme de la finance globale dotée d’un système de santé pour tous, d’un réseau de transports urbains exceptionnel, ayant un indice de développement humain – mortalité infantile, espérance de vie, taux d’alphabétisation, revenus et connectivité - parmi les plus élevés du monde ; avec un taux de criminalité et des impôts parmi les plus bas de la planète, des services publics efficaces et transparents, appuyés sur un État de droit pour l’instant encore protégé.

En conclusion, et avec un certain lyrisme, She Jian suggère au futur gouverneur de considérer qu’elle est en présence de la chance de sa vie, « non pour elle-même, ni pour se placer en position favorable à Pékin, mais pour l’une des villes les plus intéressantes de la planète, arrivée à la croisée des chemins où elle doit se réinventer pour être à nouveau une grande Cité, indispensable au monde et à la compréhension de la Chine, où tous, pauvres et riches, jeunes et vieux, Chinois ou pas, se sentent chez eux ».

A Hong Kong nombreux sont ceux qui se demandent si Carrie Lam est à la hauteur de cette utopie.

Lire aussi :
- A Hong Kong, la Chine fait face aux contradictions du schéma « Un pays deux systèmes ».
- Zhang Dejiang dans l’arène de la R.A.S de Hong-Kong.

Note(s) :

[1Au lieu de rejeter comme le firent les activistes démocrates et le conseil législatif, la proposition de l’ANP pour un suffrage universel tronqué, elle avait suggéré de l’accepter « en attendant mieux ». Notons que beaucoup de Hongkongais modérés étaient sur cette ligne de conciliation.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti