Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Hydrocarbures. Têtes coupées et gaz de schiste

Les principaux gisements de gaz de schiste dont l’exploitation est rendue difficile par l’éclatement des nappes, sont situés au sud et au nord-ouest. Mais pour l’heure l’essentiel des extractions a lieu au Sichuan sur le site de Fuling à 90 km à l’Est de Chongqing.


*

Le 27 décembre on apprenait que Chen Bo, le PDG d’Unipec (China International United Petroleum & Chemicals Co., Ltd. - 中国国际联合石油化工有限公司 – instrument international de Sinopec (China Petroleum & Chemical Corporation -中国石油化工股份有限公司) et Zhan Qi, Commissaire politique du groupe avaient été relevés de leurs fonctions, à la suite des pertes de 794 millions de $ au cours des 9 premiers moins de 2018.

Mise au pas d’un PDG rebelle.

En décembre 2018, Chen Bo, photographié ici lors d’un sommet sur les hydrocarbures à Singapour, le 24 septembre dernier, a été relevé de ses fonctions à la tête d’Unipec, filiale de Sinopec. On lui reproche des placements financiers catastrophiques au cours de 2018. Vétéran du groupe, Chen a été à la pointe de l’industrie du gaz liquide et avait prôné l’achat d’hydrocarbures aux États-Unis pour diversifier les sources d’approvisionnement. Depuis octobre 2018 le titre Sinopec a perdu 36,3% de sa valeur à la bourse de New-York.


*

Les raisons de ces disgrâces ne sont pas liées à la corruption comme ce fut souvent le cas au cours des dernières années, mais à l’un des talons d’Achille des grands groupes récemment publiquement dénoncé par l’économiste Xiang Songzuo. Ce dernier pointait du doigt leur tendance à consacrer une part importante de leurs profits à spéculer sur les marchés financiers parallèles ou dans l’immobilier au lieu d’investir dans la R&D ou l’amélioration de leur appareil productif.

De fait, les pertes publiées en octobre sont le résultat de mauvais investissements financiers. Soit après des fluctuations de change mal anticipées, soit en prenant des risques dans la nébuleuse de la « finance grise » des sociétés fiduciaires privées, dont les errements spéculatifs sont souvent imités par les banques publiques elles-mêmes. Lire : Le nationalisme économique perpétue les risques de crise financière.

Le défi du gaz de schiste.

Gisement de gaz de schiste à Fuling. L’éclatement des nappes, les difficultés d’accès aux gisements, la persistance des lacunes technologiques à quoi s’ajoutent la rigidité de l’organisation étatique de l’exploitation et la faible participation du privé ralentissent le développement de la filière.


*

Dans le même temps, PetroChina ou China National petroleum Company (CNPC - 中国石油公司)- le concurrent terrestre de Sinopec, comme lui un géant aux effectifs pléthoriques et à l’organisation verticale dont la santé économique se nourrit de l’explosion de la consommation chinoise, annonçait à la fin décembre que la production de gaz de schiste dans ses 143 gisements en exploitation dans le sud du Sichuan – dont le nombre a été multiplié par 4 en un an - avait atteint le record journalier de 20 millions de m3. L’objectif est d’atteindre 12 Mds de m3 annuels d’ici 2020 et 40 Mds en 2035.

Mais Sinopec n’est pas en reste, puisque plus de 80 forages sont en cours également au Sichuan. Son objectif est de 10 Mds de m3 annuels à l’horizon 2020.

L’accélération des forages domestiques par les deux géants répond aux exigences de la consommation de gaz en augmentation rapide et aux efforts du gouvernement pour limiter le poids des importations.

Il reste que les efforts ayant permis une augmentation de la production annuelle de +8,5% pour atteindre 150 Mds de m3 annuels, sont très loin de suffire à la demande estimée à 325 Mds de m3 en 2020, dans un contexte où, avec plus de 700 Mds de m3 annuels (19,4% de la production globale), les États-Unis sont un exportateur net et le 1er producteur mondial devant la Russie (635 Mds de m3).

En 2018, les importations chinoises de gaz ont augmenté de plus de 30% au point que selon l’Agence Internationale pour l’Énergie, en 2019, la Chine sera le 1er importateur de gaz et comptera pour 37% de l’augmentation globale de la consommation de la planète.

Lire aussi : https://www.questionchine.net/gaz-de-schiste-une-priorite-strategique-pour-la-chine-et-les-etats-unis


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Exploration de la face cachée de la lune

Le défi de la manipulation génétique des embryons

Premiers pas hésitants des compagnies privées dans l’espace

Avenir du nucléaire. Le choix difficile des neutrons rapides

La marine chinoise lance deux destroyers géants