Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

JO 2008 : organiser, galvaniser et contrôler les masses

C’est peu dire que le Parti Communiste a brillamment réussi son entreprise de promotion de la Chine : A l’extérieur le monde est ébahi : « est-il possible que les JO puissent un jour être meilleurs que ceux organisés par la Chine ? », se demandait ingénument une publication commerciale occidentale spécialisée dans le sponsoring sportif, tandis que les commentaires des médias internationaux éblouis par les fastes, l’organisation et le succès sportif des Chinois étaient résolument élogieux.

A l’intérieur, la gloire du record des médailles d’or et le triomphe des athlètes chinois, présents dans presque toutes les disciplines, où l’hymne de la République Populaire a retenti 50 fois, rejaillira sur le Parti jusque dans les coins les plus reculés du pays grâce aux retransmissions télévisées aux images soigneusement sélectionnées.

Certains commentateurs avaient formulé l’espoir que les JO auraient en Chine le même impact politique que ceux de 1988 en Corée, devenue rapidement démocratique après les jeux. C’est une naïveté de croire que les situations du petit « Pays du Matin Calme » et du vaste « Empire du Milieu » sont comparables.

La Chine profonde, immense et surpeuplée, résistera à cette contagion. Il est même probable que le succès des JO consolidera le pouvoir en place et retardera pour un temps les réformes.

Pour cette opération qui présenta au monde l’image d’une Chine moderne, souriante optimiste, solidaire, dynamique et triomphante, le Parti n’aura pas ménagé ses efforts ni son argent : 40 milliards de dollars ont été injectés dans ce gouffre, dont les effets sur l’économie chinoise seront marginaux aux dires des experts chinois eux-mêmes.

Mais le but politique majeur qui était de démontrer la pertinence et la qualité de l’actuel système a été atteint : la direction du pays, experte en propagande, habile à manier les slogans télévisés, spécialiste de l’information manipulée, à l’occasion adepte du maquillage, mais cependant applaudie à tout rompre par la communauté internationale, peut se sentir confortée dans sa détermination à ne pas accélérer les réformes politiques.

A court terme donc, elle focalisera ses efforts sur l’économie qui donne des signes de recul, la lutte contre l’inflation qui ne faiblit pas et le développement des infrastructures, dont les faiblesses sont apparues lors des vagues de froid de l’hiver dernier.

Parallèlement, elle s’appliquera à alléger encore le poids des contrôles sociaux (liberté de se déplacer, de travailler, de créer une entreprise). Si elle décidait de donner des signes d’ouverture au Dalai Lama, elle ne le ferait que de manière très prudente, avec le souci de ménager les plus conservateurs dont les positions auront été confortées par le succès des JO.

Mais aucun dirigeant chinois ne prendra le risque d’ouvrir le pays à une authentique démocratie qui remettrait en cause l’hégémonie du Parti. L’immobilisme et la cohésion des élites seront de mise aussi longtemps que durera l’éblouissement produit par les feux de la rampe, l’éclat des médailles et des somptueux feux d’artifice qui, depuis le 24 août, n’illuminent plus le ciel de Pékin.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Mer de Chine méridionale. Le fait accompli se pare de juridisme

En Afghanistan, Pékin face à la surenchère terroriste

La diplomatie du chantage. Quand le rapport de forces subjugue le droit

« Adoucir l’image internationale de la Chine ». Les intellectuels à la manœuvre

Le défi de la sécurité des Chinois au Pakistan