Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

L’ANP 2019. Un empilement de défis économiques et politiques

NOTES de Contexte
I. Chine – États-Unis. Quelques dessous de cartes.

Une mission de conciliation commerciale chinoise est venue à Washington le 21 février conduite par le vice-ministre Liu He (photo Strait Times). Au premier plan à gauche dans le bureau ovale, le Vice-premier ministre Liu He et Robert Lighthizer, chargé du commerce dans l’administration Trump. L’ambiance était à l’apaisement en vue d’une prochaine rencontre au sommet en Floride à l’invitation de Trump, sur fond de préparation de l’ANP en Chine. Après avoir refusé la proposition de Xi Jinping d’organiser la rencontre à Hainan, Trump a, sans consulter la partie chinoise, « tweeté » : « Des progrès substantiels ont été accomplis dans nos négociations avec la Chine notamment dans les domaines de la propriété intellectuelle, des transferts de technologies, de l’agriculture et des services. C’est pourquoi, après ce dialogue très productif, j’ai décidé de différer l’augmentation des taxes sur les importations de taxes prévue le 1er mars ». Mais chacun sait que les problèmes structurels de fond de l’économie chinoise ne sont pas réglés.


*

Selon le South China Morning Post (SCMP), le lundi 25 février, après l’annonce de D. Trump que l’ultimatum venant à échéance le 1er mars - et dont chacun savait qu’il ne serait pas tenable -, serait prolongé, le Vice-Premier Ministre Liu He qui conduisait la délégation chinoise aux réunions de conciliation « de la dernière chance » à Washington, était rentré à Pékin.

Derrière lui il a laissé plusieurs membres de son équipe chargés d’effacer les obstacles techniques à un accord commercial que les deux présidents pourraient signer en Floride.

La stratégie de la Maison Blanche alternant la férocité des menaces, les « tweets » ambigus et les déclarations affirmant une proximité affective avec Xi Jinping, continue de plus belle.

Pour les experts et les sources chinoises du SCMP, en dehors des concessions de Pékin d’importer plus de soja, de blé, de maïs et de microprocesseurs, nombre d’ultimatums américains n’ont reçu aucune réponse claire de Pékin.

Ils vont du changement structurel de l’économie chinoise (voir la note de contexte n°2), à la suppression de l’exigence de JV en échange de l’accès au marché, en passant par les transferts forcés de technologies et les procédures de brevets trop favorables aux entreprises chinoises handicapant les entreprises étrangères. Mais peu importe.

Un parti pris d’apaisement.

A ce stade et en attendant peut-être de nouvelles volte-face américaines auxquelles la Chine tente de s’adapter tant bien que mal, la priorité à Pékin qui prépare ses réunions annuelles des assemblées et à Washington où malgré les transes commerciales on n’oublie pas le poids incontournable de la Chine, est de diffuser à Mar-a-Lago l’image, sinon d’une complète réconciliation, au moins celle d’une trêve prolongée profitable aux marchés.

Le 25 février, ignorant la réalité des blocages et les mises en garde des plus radicaux de ses conseillers, D. Trump « tweetait » : « L’accord avec la Chine avance. Les relations entre nos deux pays sont très solides. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de reporter la hausse des taxes. Attendons de voir ce qui arrivera. »

La partie chinoise, bien que poussée dans ses retranchements et hésitant à s’attaquer aux réformes de structures alors que son économie freine sérieusement, est dans le même état d’esprit, privilégiant l’image positive d’un apaisement.

Le 26 février, le China Daily écrivait que les négociations étaient la preuve que la guerre commerciale pouvait être résolue. « Dans ce contexte », ajoutait le quotidien en anglais dont la valeur objective et factuelle n’est pas meilleure que les « tweets » laconiques du président américain, « les deux s’efforcent de développer des relations commerciales robustes contribuant à la croissance mondiale ».

Mais chez les experts économiques et financiers, l’humeur est au doute et à la défiance. Pour Anindra Mitra analyste au gestionnaire de fond d’investissements de Singapour BNY Mellon, cité par le SCMP, s’il est vrai que la situation cessera de s’aggraver, il est peu probable que les relations sino-américaines reviennent au stade où elles étaient en 2012.

« En dépit du soulagement exprimés par les marchés chinois et malgré l’éloignement attendu des risques systémiques globaux, la relation entre Washington et Pékin restera crispée. (…) « Toute concession de la Maison Blanche offusquera les radicaux et suscitera même les critiques des démocrates. » (…). « Les négociations sur les mécanismes destinés à contrôler la mise en œuvre des promesses chinoises, seront quant à elles ponctuées par les mesures de ripostes de Pékin qui, elles-mêmes, déclencheront des rétorsions américaines. »


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

L’armistice Chine - Etats-Unis ne rassure pas les acteurs

Perspectives 2019, entre freinage, mesures de relance et signes de reprise

Avis de tempête économique

Mettre les alarmes sur la dette chinoise en perspective

Violence de la guerre commerciale et espoir de conciliation