Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

La visite en Chine de Lien Chan, président du “Kuomintang de Chine”

Lien Chan, président du parti Kuomintang a, comme prévu, rencontré le président HU Jintao au grand Hall du peuple à Pékin le 29 avril. L’entrevue de ces deux chefs de parti (PCC et KMT) est sans précédent depuis 1945. L’expression “Kuomintang de Chine”, maintenant courante dans les médias du continent, a remplacé “Kuomintang de Taiwan” ou “Kuomintang” tout court. Faut-il y voir un subtil changement de statut du vieux parti nationaliste ? Et que devient le petit parti kuomintang de Chine, que Pékin maintient en survie très contrôlée depuis 1949 ?
La visite de Lien Chan et de sa nombreusxe délégation - Nankin, Pékin, Xi’an et Shanghai - se déroule du 26 avril au 3 mai. Elle doit être suivie, du 5 au 12 mai, par celle de James SOONG, président du second parti d’opposition à Taiwan, le PFP, que Pékin traitera sans doute de la même façon. KMT et PFP ayant gagné en décembre dernier une majorité renforcée au Yuan législatif de Taipei, l’amélioration de leurs relations avec Pékin peut verrouiller les principales initiatives indépendantistes.
Les principaux thèmes développés en public par Lien Chan restent assez généraux. Ils incluent le “voyage de paix”, “se concentrer sur le présent et le futur”, “maintenir activement le statu quo et créer un futur gagnant-gagnant”, “réconciliation, dialogue, retour à la confiance, coopération”, critique de la “désinisation” à Taiwan, etc. On ne sait encore rien de concret sur ses entretiens politiques.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue

Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power

« Quand Pékin harcèle Taïwan, Washington lui ouvre les bras. »

Flambée de tensions dans le Détroit sur fond de « bruits de ferraille ». Quel avenir pour Taïwan ?