Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Le Quotidien du Peuple rassure l’opinion sur la gestion de Shanghai

La rumeur s’était répandue que la réforme de la gestion des actifs publics de Shanghai était arrêtée après la chute de CHEN Liangyu, ex- n°1 du parti à Shanghai et membre du Bureau politique national.

M. Yang Guoxiong, directeur de la Commission des capitaux publics à la mairie de Shanghai, vient de démentir cette rumeur en déclarant que la réforme sera poursuivie selon le plan initial, sans être perturbée par "des cas indiduels", allusion à peine voilée au scandale des fonds de pension à l’origine de la chute de CHEN et de l’implication d’une douzaine de responsables shanghaiens.

Publiée à la une du Quotidien du peuple, le quotidien national du PCC, cette déclaration vise à rassurer l’opinion publique, très méfiante quant à la gestion du secteur public et à la confusion du rôle respectif des dirigeants d’entreprises et de leur administration de tutelle.

Les trois objectifs de la réforme sont de vérifier le montant des actifs, de simplifier la gestion et de responsabiliser les administrateurs. La municipalité détient actuellement, selon Yang, 780 milliards de yuans d’actifs (78 milliards d’euros, en croissance annuelle de 6%) dans des entreprises publiques.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Chine – Etats-Unis, guerre des taxes, guerre totale ou apaisement ?

L’intégration politique, sociale et économique de Xi Jinping face à la guerre commerciale

Où va la guerre des taxes entre Washington et Pékin ?

Liu He à Davos. Entre éloquence, séduction et réalité

Le nationalisme économique perpétue les risques de crise financière