Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Le rapport des forces évolue peu à peu en faveur de la "taiwanisation"

Jusqu’à maintenant, la Haute Cour n’arrive pas à juger les litiges entourant l’élection présidentielle du 20 mars. Les avocats des deux candidats s’opposent sur l’étendue d’un recompte des votes, sur les délais, le coût de l’opération et qui doit le prendre en charge. La Cour pourrait trancher le mercredi 7 avril. Les plaintes de l’opposition KMT-PFP sur des manipulations électorales et sur l’attentat du 19 mars ne débouchent pas, faute de preuves. Cet enlisement est favorable à CHEN Shui-Bian dont l’élection à été enregistrée par la Commission centrale des Elections. L’opposition alimente des manifestations quotidiennes devant le palais présidentiel. Celle du 4 avril a été réprimée brutalement.

Il reste deux faits politiques. Quelles que soient les critiques que l’on peut faire aux méthodes de CHEN Shui-Bian, la division entre Taiwanais pro et anti réunification a été portée aux limites de la paralysie et de l’intolérance mutuelle. Et le camp vert mené par le DPP avec son programme "D’abord Taiwan" n’avait obtenu que 4,97 millions de voix à l’élection présidentielle de 2000 (39% des votants), mais il en a attiré 6,47 millions en 2004 (50,1%). Le rapport des forces évolue peu à peu en faveur de la ’taiwanisation" et du camp des "anti-réunification".


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« L’incident du Vendémiaire », une fébrilité chinoise

Le « Taïwan Relations Act » et les illusions du statu-quo

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue

Taiwan à la recherche d’un nouveau soft-power