Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Lendemains de Congrès

Le peu que l’on sait sur les mécanismes de sélection des dirigeants 2007-2012 du parti et du régime lors du XVIIe Congrès nous laisse sur quelques impressions fortes. On pouvait discuter auparavant sur l’influence -et même sur la persistence- du « groupe de Shanghai ». Maintenant on l’a vu se manifester, l’ancien n°1 JIANG Zemin en tête, pour les nominations au Comité permanent, au Bureau politique et peut-être même au Comité central.

Cela n’empêchera sans doute pas les uns et les autres de jouer à nouveau le jeu de l’unité au sommet du parti. Chacun est en effet convaincu, en tous cas depuis 1989, que l’unité au sommet est une question de survie du régime, donc la priorité des priorité. La bataille pour les postes au CP/BP et au BP apparaît donc comme une occasion isolée de combat politique au sommet. Pendant cinq ans avant et après, sauf dangereuse crise de régime (actuellement hors de vue), circulez, il n’y a rien à voir... sauf les difficultés courantes.

Une autre impression est que HU Jintao est apparu « faible » dans cette bataille, peut-être parce qu’il est le plus obligé de préserver l’unité au sommet pour les cinq ans à venir. Il a du renoncer discrètement à un de ses projets d’amendement de la Constitution sur deux. Il n’a pas pu réduire le CP/BP à sept membres (on lui en prêtait l’intention) ; ni obtenir le départ de JIA Qinglin et LI Changchun (peut-être en échange de la mise à l’écart de ZENG Qinghong, 68 ans) ; hormis la promotion de LI Keqiang, les autres « nouveaux » (XI Jinping, HE Guoqiang et ZHOU Yong kang) étaient des candidats de compromis, entre HU et JIANG.

L’ancienneté dans le parti et l’âge sont des critères importants dans ces choix. Du coup, la composition du Comité permanent ne paraît pas la meilleure au vu des successions prévues en 2012. Le CP/BP comprend aujourd’hui sept membres âgés de 63 à 67 ans et deux de 52-54 ans (XI Jinping et LI Keqiang) quasiment désignés comme successeurs. Le risque existe que, dans cinq ans, les premiers apparaissent comme trop âgés pour un nouveau mandat au sommet et les seconds trop peu nombreux pour faire une nouvelle direction expérimentée. En 2002 au contraire, le nouveau CP/BP avait été composé uniquement des membres du BP sortant ayant moins de 62 ans, parfaitement rôdés donc.

Cependant cette question est encore lointaine. Dans l’immédiat, c’est sur la maîtrise de la croissance, l’arrêt de la destruction de l’environnement, les mesures sociales et la réduction des inégalités que la nouvelles direction du parti et le gouvernement devront s’imposer. Un HU Jintao relativement faible sera-t-il en mesure de concrétiser sa « vision scientifique du développement », aujourd’hui inscrite dans la Constitution ?


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer