Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Les tribulations du « Crédit social ». Du redressement éthique à la mise aux normes politique

Un des volets du 14e plan quinquennal adopté lors de la dernière ANP entérinait le fait que le « Crédit social » s’inscrit dans la vision de Xi Jinping d’une gouvernance politique idéale du pays, articulée à la maîtrise de l’information par le truchement du contrôle numérique.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Nombre d’articles et d’études [1] montrent que la synthèse numérique de la société chinoise souffre encore de multiples lacunes dont celle de sa fragmentation, résultat d’une application erratique de normes pas encore unifiées.

La mise en œuvre inégale du système induit des inconvénients et des risques pour les groupes industriels chinois et étrangers autant que pour les individus. Les uns et les autres sont en effet obligés de naviguer dans un maquis de règles, de standards et de sanctions dont les écarts d’une région à l’autre et au gré de l’administration, finissent par conduire à l’arbitraire.

Conscient du problème, le gouvernement chinois a commencé à clarifier et à unifier le concept, mais, compte tenu de l’éparpillement géographique et du contraste dans la mise en œuvre – y compris dans la philosophie même du projet -, il est peu probable qu’il y parvienne avant longtemps.

A l’origine, un souci de redressement étique et moral.

La genèse du projet se prévalait d’une vertu éducatrice dans une société chinoise que l’appareil lui-même avait qualifiée de « société de basse confiance - 低信任 社会 », handicapée par un déficit de critères moraux, conséquences de la frénésie affairiste ayant explosé après l’ouverture socio-économique de Deng Xiaoping.

La soudaine aisance sociale de la population tranchant avec la frugale disette maoïste, s’est accompagnée d’une profusion de scandales alimentaires, de sévères violations des lois du travail et de la propriété individuelle et de désastres écologiques. Le tout baignant dans la lèpre de la corruption rampante de l’administration, au point qu’à la fin 2011, le Parti était à vendre au plus offrant.

A cette époque, le sociologue Zhang Musheng, expert en développement rural écrivait dans un ouvrage intitulé « Modifier notre approche culturelle de l’histoire 改造 我们的文化历史观 - » : « Aujourd’hui il n’y a pas seulement une collusion entre des bureaucrates corrompus, le capital et des intermédiaires parasites, il y a aussi les dirigeants qui se vendent et la manipulation du pouvoir politique corrompu par des réseaux criminels ».

Après quoi, les dévoilements en cascade des turpitudes de l’oligarchie par la campagne anti-corruption diligentée par la Commission Centrale de discipline à l’époque dirigée par Wang Qishan, l’actuel Vice-Président, confirmèrent l’analyse. Il se trouve qu’à ce moment l’appareil avait déjà dans ses soutes, l’embryon d’une riposte par ce qui allait devenir le « Crédit Social ».

Note(s) :

[1Dont celui du SCMP datant du 9 août 2020, qui s’ajoute à des études de terrain relayant des témoignages chinois, dont celle de l’Institut Mercator for China Studies (MERICS) par Katia Drinhausen et Vincent Brusse.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Réseaux sociaux : La classe moyenne, l’appareil, les secousses boursières et la défiance

L’obsession des jeux d’argent et les proverbes chinois

Les tribulations immobilières de Liang Liang et Li Jun

Au fil des réseaux sociaux, les faces cachées des funérailles de Li Keqiang

Chute de « l’empereur » Xu Jiayin et « brigandage organisé » au festival de Nanyang