Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

« Niumao - Gare au chat chinois ! » de Ji An

« Gare au chat chinois ! » du collectif Ji An est paru en novembre 2006 chez Xiao Pan. C’est le tome 1 de « Niumao », une série qui compte quatre tomes. Publié en partenariat avec le mensuel Atout Chat, le bimestriel Chat Magazine et avec Beijing Total Vision Culture Spreads, il comporte 64 pages pour 10,50 € (ISBN 2-940380-24-4).

Comme vous l’avez deviné cette bande dessinée chinoise (en couleur) raconte les aventures (palpitantes, selon l’éditeur) d’un chat, mais pas de n’importe quel chat ! Je ne voudrais pas vous paraître vache mais Niumao est un « chat vache », si si ! « Mao » pour « chat » et « niu » pour « vache » : c’est que premièrement il est tacheté comme ce bovin* et que deuxièmement il bouffe comme une vache* et grossit donc à vu d’oeil. Mais pas d’inquiétude, ce chat-là est un véritable héros d’appartement (clin d’oeil à « Raymond Calbuth, aventurier d’appartement » de Tronchet), il ne reste pas couché comme un gros lard (clin d’oeil au nekobuta japonais) et vous ne vous ennuierez jamais avec lui (attention tout de même à la casse, aux griffures et aux cacas qui puent !).

L’histoire commence avec un chaton de deux mois « au pelage noir et blanc » trop mignon (kawaii ! Ben oui, je l’écris en japonais parce qu’en chinois, je ne sais pas...) embarqué par un trafiquant d’animaux et revendu à un jeune couple citadin. Mais l’adorable chaton devient vite un gros matou turbulent et le couple décide de le confier à Zuo Daodao, une amie dessinatrice. Cela continue donc avec la vie de Niumao chez sa nouvelle maîtresse, d’autant plus qu’il est doué : il chante, joue de la guitare, danse, il a beaucoup d’humour (c’est lui qui raconte), etc. Vous apprendrez aussi pourquoi il court comme un fou (surtout la nuit évidemment), comment il se met au régime et de quelle façon il prend possession de sa gentille maîtresse et de son appartement (vous savez bien que ce n’est pas le chat qui appartient à son maître mais le maître qui appartient à son chat).

En fin de volume, vous en saurez encore plus sur Niumao, avec de véritables morceaux (je veux dire avec de véritables photos du bestiau) et sur Zuo Daodao, en particulier avec l’interview exclusive de Niumao (merci aux photographes de ranger leur flash) et des membres de l’atelier de création Ji An.

Je n’ai qu’un mot à dire : c’est désopilant !
Que vous soyez un amoureux des chats ou simplement un curieux de bande dessinée en provenance de l’Empire du Milieu, vous allez adorer Niumao et peut-être courir à la SPA la plus proche de chez vous pour avoir le même.

* Je tenais à dire aux amoureux des vaches (mais oui, il y en a !) que je n’ai rien contre ce magnifique animal et que je ne suis pas responsable si Niumao se goinfre de corned-beaf.

Pour ceux que cela intéresse, voici le lien vers la thématique Neko to manga.

Niumao - Gare au chat chinois !

de Ji An.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« Qui ne gueule pas la vérité… ». Une interview édifiante de René Viénet

Xénophobie et nationalisme. Effet collatéral de la crise entre la Chine et l’Occident, Chloé Zhao dans la tourmente des réseaux sociaux

Dans la Chine profonde, les murs parlent

Le public chinois n’a pas vraiment aimé le dernier Mulan de Walt Disney

L’Azalée de Jacques Pimpaneau