Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Un "Chun Jie" sous tension

Au-delà des retrouvailles familliales et des joies qu’elles diffusent, le Chun Jie - la fête du Printemps - baigne cette année dans une sourde inquiétude, générée par la hausse des prix alimentaires et une étrange ambiance de rationnement, aggravée par les intempéries qui frappent aussi les régions centrales et méridionales, peu habituées aux conditions extrêmes. Cette année, la vague de froid qui s’est abattue sur le pays est en effet descendue très au sud, jusque dans les régions de Shanghai, Xiamen et Canton. Les chutes de neige qui n’ont pas cessé pendant 10 jours dans le centre et le sud du pays affectent les transports au beau milieu de la grande vague de migrations qui, chaque année, mettent en mouvement des dizaines de millions de Chinois rejoignant leurs familles.

Le bureau politique a appelé les autorités provinciales à la vigilance, le président de la République et le premier Ministre se sont rendus dans le Shaanxi, au Hunan, et dans la région de Canton pour mesurer l’étendue des dégâts et constater les blocages dans les transports. Ces derniers perturbent les mouvements de population, génèrent des pénuries dans les denrées alimentaires, encore poussées à la hausse et provoquent des coupures d’énergie, résultats des goulots d’étranglement dans l’approvisionnement des centrales en charbon, qui produisent toujours 70% de l’électricité du pays. Le tout dans une ambiance générale de cohue, où les gares et les aéroports sont envahis par la foule immense des migrants cloués sur place.

Les chiffres sont à la mesure de la démographie du pays : 100 000 personnes déplacées par les intempéries, 800 000 personnes bloquées dans la gare Canton - dont de nombreux travailleurs migrants qui ne rejoindront pas leurs familles -, plus de 500 000 soldats de l’APL et de la police armée populaire mobilisés au secours des population sinistrées. Régulièrement les autorités appellent au calme et assurent que les « denrées de première nécessité seront correctement approvisionnées pour les fêtes ». Des déclarations qui rappellent les temps de pénurie, dans un contexte où la hausse des prix constitue un des premiers soucis du pouvoir.

L’inflation ne faiblit en effet pas depuis un an, en dépit du blocage des prix et du contrôle du crédit bancaire. Et rien ne dit que la tendance pourrait s’inverser. Les mauvaises conditions atmosphériques qui sévissent dans le sud exerceront au contraire une pression supplémentaire sur les prix des denrées alimentaires.

Quant au plafonnement du prix de l’énergie, un des outils majeurs pour maîtriser l’inflation, il a des conséquences inattendues sur l’alimentation en électricité du pays : prétextant des opérations d’entretien, certains fournisseurs privés, également imités par quelques uns de leurs collègues publics, ont arrêté leurs centrales qui fonctionnaient à perte, coincées entre un prix du charbon à la hausse et le gel des tarifs de l’électricité. Au point que Ma Kai le patron de la Commission d’Etat pour le Développement et la Réforme a été contraint de rappeler « l’obligation d’approvisionnement des hôpitaux, des écoles et des centres urbains, clé de la stabilité économique et sociale ».

Voilà donc le gouvernement pris entre deux feux : les conséquences sociales et politiques des pressions inflationnistes qu’il cherche à maîtriser, au prix d’un dérèglement du marché de l’énergie, et les pressions du marché du charbon, tiré à la hausse par une série de facteurs, les uns conjoncturels, liés aux intempéries, les autres structurels liés à l’insuffisance des infrastructures de transport.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Dans le sillage scabreux des routes de la soie

Dialogue de sourds à Singapour

Le système Xi Jinping. Resserrer le pouvoir, renforcer la capacité de contrôle politique du Parti. Redresser les comportements

Le brouillard stratégique de la relation Tokyo – Pékin – Washington

Xi Jinping change les codes et s’installe pour durer