Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Un tour du monde plutôt coûteux

Comment faire un aller et retour Taiwan-Costa Rica par voie aérienne, sans escale technique dans le Pacifique ou aux Etats-Unis hormis l’Alaska ? C’est le problème que CHEN Shui-Bian s’était créé lui-même. Le président taiwanais voulait faire acte de présence à la cérémonie d’inauguration du nouveau chef d’Etat costa-ricain Oscar Arias. Et, plus encore, avoir quelques contacts et paraitre actif et admis dans une grande ville américaine comme San Francisco ou New York.
Ce scénario avait marché en 2003 et CHEN ne s’était pas gêné pour en user. Depuis lors, toutes ses initiatives visant à rétablir une image déclinante à l’intérieur faisaient monter le taux d’adrénaline au département d’Etat et à la Maison Blanche. L’an dernier, le coup final porté au Conseil national de Réunification, bien que symbolique, passait outre à de vives objections américaines.
Washington avait mal digéré et, ignorant CHEN Shui-Bian, s’était résigné à compter sur l’arrivée au pouvoir probable du Kuomintang et de MA Ying-Jeou en 2008.
D’où, cette fois, le refus américain de toute escale technico-politique autre qu’Anchorage. L’administration Bush rendait un coup pour coup. Le président CHEN Shui-Bian a fait le tour du monde en dix jours, avec escales au retour en Libye et en Indonésie. L’épisode a souligné l’isolement actuel de Taipei. Tout compte fait, c’était cher payé.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Manoeuvres législatives

Présidentielles. Victoire de Lai Qing De ; net recul législatif du Min Jin Dang. Souple et pragmatique, Ko Wen-je renforce sa position d’arbitre

Présidentielles 2024 : Lai toujours favori. L’écart avec Hou se resserre. Les perspectives du scrutin législatif se brouillent

Promouvoir la démocratie et les libertés pour échapper au face-à-face avec Pékin

Nouvelle irruption de Terry Gou dans la course présidentielle