Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Controverses sur l’Accord Cadre Economique sur fond de méfiance

Alors que les deux rives continuent leur rapprochement économique avec l’entrée en vigueur à la mi-janvier d’un accord sur les investissements bancaires et la préparation de la deuxième session de négociations pour la signature de l’Accord Cadre Economique fin mars, la classe politique taïwanaise est toujours divisée. Les controverses portent à la fois sur la manière peu transparente dont le gouvernement fait avancer l’Accord Cadre et sur les risques qui en découlent pour les secteurs de l’économie les plus vulnérables, notamment l’agriculture, l’automobile, l’industrie textile et la pétrochimie.

Le 17 mars, lors d’une séance au Yuan législatif, le Ministre de l’économie Shih Yen Shiang a été contraint d’abréger une présentation de l’Accord Cadre. Les députés de l’opposition qui ont interrompu sa communication réclamaient plus de détails sur les mesures d’accompagnement en faveur des entreprises les plus fragiles, susceptibles d’être touchés par l’ouverture du marché taïwanais à la Chine.

Le Président Ma, dont les sondages sont toujours au plus bas, promet de dégager 3 milliards de Dollars sur dix ans pour aider les secteurs les plus touchés. Mais il répète que l’accord est indispensable pour mettre l’économie taïwanaise au même niveau de compétitivité en Chine que celles des pays du Sud-est asiatique, dont l’accès au marché chinois est ouvert depuis l’entrée en vigueur, le 1er Janvier dernier, des accords commerciaux Chine - ASEAN. Il espère aussi que l’Accord Cadre avec la Chine ouvrira la voie à d’autres accords bilatéraux avec les pays de l’ASEAN.

En Chine, où l’on considère l’Accord Cadre comme la meilleure stratégie de rapprochement entre les deux rives pouvant être présentée, en interne, comme un premier pas important vers un accord politique, on observe avec attention les controverses taïwanaises susceptibles de faire dérailler le processus.

Les implications politiques du rapprochement resurgissent lorsque le Parti Indépendantiste (DPP), qui ne cesse de commenter les intentions cachées chinoises et les risques d’une réunification rampante, réclame que l’Accord soit précédé d’une déclaration liminaire, inacceptable par le Parti Communiste chinois, qui rappellerait que Taïwan est « une Nation indépendante et souveraine ».

Pour tenter d’apaiser les craintes taïwanaises et affaiblir les stratégies de harcèlement du DPP, Wen Jiabao a même déclaré, lors de la session annuelle de l’ANP, que la Chine prendrait en considération les différences de taille entre les deux économies et qu’elle accepterait que l’Accord Cadre soit assorti de mesures préférentielles et compensatoires au profit de l’Ile.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Sommet des « Think tank » de l’Asie Pacifique à Taipei. Réflexion sur le soft power et la diplomatie taïwanaise de « substitution »

Puissance nationaliste chinoise et désarroi démocratique taïwanais

Relations dans le Détroit. Situation et perspectives. Le dilemme de Tsai Ing-wen

Coups de boutoir méthodiques de Pékin contre l’Île. Le Panama quitte le navire taïwanais

Sous l’œil de Pékin, Tsai Ing-wen surprise par la volte-face de Donald Trump