Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Vacuité diplomatique et crispations militaires dans le Pacifique occidental

Le 22 avril le général Dempsey, Président du comité des Chefs d’état-major américain était à Pékin. A cette occasion son homologue, le Général Fang Fenghui, Chef de l’Etat-major Général insistait sur leur responsabilité commune dans le maintien de la stabilité en Asie Pacifique. L’Américain répondit sur le même ton, essayant, sans vraiment y parvenir, de rassurer son homologue chinois sur l’innocence de la bascule stratégique de Washington vers le Pacifique Occidental.

Fang, qui, comme tous les militaires chinois, considère les États-Unis comme l’ennemi potentiel de l’APL en cas de conflit, en même temps qu’un partenaire indispensable et éventuellement un modèle à rattraper, a bien voulu reconnaître que « l’Océan Pacifique était assez grand pour tout le monde », et qu’il était de l’intérêt commun de Washington et de Pékin d’éviter « les compétitions sournoises malveillantes, ainsi que les frictions et les confrontations ». Pourtant, disant cela il ne pouvait pas ne pas avoir à l’esprit les termes du Livre Blanc chinois sur la Défense, paru le 16 avril, où les États-Unis étaient accusés « d’aggraver des tensions en Asie Pacifique en augmentant leur présence militaire et en renforçant leurs alliances ».

Les échanges militaires à ce niveau stratégique font suite à la récente visite en Chine du secrétaire d’Etat au trésor Jacob Lew, le 19 mars dernier, où le Président Xi Jinping et le Premier Ministre Li Keqiang laissaient entendre qu’en dépit de leurs divergences, Washington et Pékin parviendraient à s’entendre sur l’essentiel, c’est à dire le contrôle des tensions bilatérales et la coopération pour préserver la paix en Asie Pacifique.

Mais, l’observation des récents événements laisse penser qu’il faudra plus que des bonnes paroles diplomatiques pour éviter que les situations ne s’échauffent encore, qu’il s’agisse des relations Washington – Pékin, de la carte sauvage de Pyongyang, ou encore des relations heurtées de Pékin avec Tokyo et les pays de l’ASEAN.

Après que la Maison Blanche ait directement accusé l’APL de « cyber-attaques » et de vol massif de données informatiques, y compris celles des compagnies américaines investies en Chine, au Congrès des voix crispées évoquèrent des représailles contre les investissements chinois aux États-Unis ; dans le même temps, le département du Trésor américain soulignait que le Yuan restait « significativement sous-évalué », évitant cependant d’accuser la Chine de « manipuler » sa monnaie ; sur la question nord-coréenne, enfin, Washington accentuait ses pressions pour que Pékin pèse sur son allié, sans cependant savoir quelle serait la réponse chinoise.

En Asie Pacifique, les alliances du Pentagone avec Tokyo, Séoul et Manille, à quoi s’ajoutent les fréquents exercices dans la zone d’intérêt stratégique de Pékin, en Mer de Chine du sud avec Manille et Hanoi, ou en mer du Japon et sur la péninsule coréenne, récemment survolée par des bombardiers stratégiques B.52 et B.2, potentiellement porteurs de charges nucléaires, créent un malaise et des retranchements inamicaux peu propices à une solidarité stratégique.

Ces exacerbations handicaperont une coopération efficace du couple Washington - Pékin pour apaiser les tensions sino-japonaises, tandis que les réunions annuelles de l’ASEAN organisées cette année à Brunei favorisent le retour des exaspérations de Manille, Hanoi et Djakarta, autour des querelles territoriales avec la Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les faces cachées de l’ouverture commerciale chinoise

Pressions américaines et résilience chinoise

Embardées verbales à l’ONU. Pékin inquiet et à bout d’arguments réagit avec placidité

Centrales nucléaires en mer de Chine. Pékin s’installe, les voisins s’inquiètent

Les BRICS à Xiamen. Contraste entre les discours et la réalité