Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Ambiguïtés sino-pakistanaises

Alors que l’influence chinoise en Afghanistan s’alourdit avec l’aide d’Islamabad, dont les relations avec Washington se sont tendues après le raid d’élimination de Ben Laden, la visite à Pékin du Premier Ministre pakistanais, du 17 au 20 mai derniers, prend une signification particulière.

Présentée par nombre d’analyses comme un resserrement des liens entre les deux pays, la visite a aussi mis en évidence la prudence chinoise sur un théâtre compliqué, traversé par des tensions islamistes radicales, dont Pékin se méfie autant que Washington.

Il est au demeurant intéressant de noter qu’au moment où le Premier Ministre Pakistanais séjournait dans la capitale chinoise, le Chef d’Etat-major de l’APL, le général Chen Bingde, se trouvait pour une semaine en visite aux Etats-Unis, à la tête d’une délégation de hauts responsables militaires de la Commission Militaire Centrale.

Dans la capitale chinoise, les points d’orgue médiatiques de la visite du PM pakistanais, le plus souvent interprétée comme un jalon du renforcement des liens sino-pakistanais, auront été sans conteste les deux nouvelles de la « cession » par Pékin au Pakistan de 50 chasseurs JF17 et de la possible reprise par une société chinoise de la gestion du port de Gwadar, après la rupture prochaine du contrat avec le port de Singapour. Mais l’examen du dessous des cartes de ces deux informations, met à jour une réalité moins univoque.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Chine - France : Commission mixte scientifique 2024, vers une partie de poker menteur ?

A Hong-Kong, « Un pays deux systèmes » aux « caractéristiques chinoises. »

Chine-Allemagne : une coopération scientifique revue et encadrée

Pasteur Shanghai. Comment notre gloire nationale a été poussée vers la sortie

A Pékin et Shanghai, les très petits pas de l’apaisement des tensions commerciales