Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Cambodge et Zambie. Deux étapes controversées des « Nouvelles Routes de la Soie. »

Au Cambodge et en Zambie sont apparus les effets pervers économiques, financiers et politiques de la stratégie des nouvelles routes de la soie. Ils renvoient à la crainte exprimée par l’UE d’une menace systémique. A la fois celle d’un puissant entrisme politique chinois et du « piège de la dette » devenu lui aussi le moyen du contrôle politique de pays cibles.


*

La réflexion qui suit est à la fois un retour historique et un arrêt sur image ciblant deux volets des stratégies chinoises sur des théâtres distants, mais situés l’un et l’autre sur la trajectoire des nouvelles routes de la soie.

Le premier s’attarde en pays khmer, une région où la présence de la Chine remonte à la dynastie mongole, que Pékin continue de considérer comme son arrière-cour ; quant au deuxième, au-delà des premiers contacts de l’Amiral Zheng He, le grand navigateur des Ming (1368 – 1644) avec l’Afrique de l’Est auxquels la Chine aime à se référer, il renvoie à la pénétration chinoise du Continent noir après les indépendances, plus de trois siècles après les Ming.

Plus précisément, s’agissant de la Zambie, à l’Ouest du Lac Tanganyika, l’implication récente de Pékin remonte en 1975, année de la construction du chemin de fer reliant la Tanzanie et la Zambie au port de Sar es Salam. Artère vitale d’accès à la mer, la ligne réduisit la dépendance de l’ancienne Rhodésie du Nord aux voies ferrées par l’Afrique du sud ou par l’Angola.

Mais dans l’ancienne Rhodésie du nord, cloisonnée et sans accès à la mer, les traces chinoises se creusent depuis le milieu des années 70. Elles soulèvent des controverses liées, comme en pays khmer, à la crainte du poids politique exorbitant de la Chine.

A Lusaka, la perspective d’un défaut imminent du pays incapable de rembourser ses dettes, traduit aussi de longues années de dépendance aux finances chinoises.

La situation entraîne un fond de ressentiment anti-chinois essentiellement dans la région des mines de cuivre au sud du pays qui génèrent 70% des ressources d’exportation.

La rédaction.

Le Royaume Khmer arrière-cour stratégique de Pékin.

La longue trace chinoise au Cambodge, datant de la dynastie Yuan est réapparue en force en dépit des profondes blessures de l’épisode meurtrier des Khmers Rouges dont la Chine de Mao fut le soutien.


*

Dans l’ancienne trace française restée le « Royaume du Cambodge », en dépit de la présence à la tête du pays d’un autocrate aux racines communistes dont l’histoire personnelle plonge dans l’épouvantable drame Khmer Rouge attisé par la Chine maoïste, l’empreinte stratégique de Pékin s’allonge inexorablement.

Politiquement, c’est désormais l’influence despotique d’un parti unique qui domine le pays, tandis que s’est évaporé l’héritage démocratique des accords de Paris conclus le 23 octobre 1991 sous le patronage de la France et de l’Indonésie, dont l’ascendant a fondu comme neige au soleil.

Le 12 octobre dernier, Pékin est formellement venu à la rescousse du Royaume sanctionné pour non-respect des droits par l’UE et les États-Unis, en signant avec lui un accord de libre-échange conclu entre les ministres du commerce Zhong Shan et Pan Sorasak, après seulement trois séries de négociations entre janvier et juillet dernier. Ce qui en souligne à la fois l’urgence pesant sur Phnom-Penh et le poids exorbitant de l’unique marge de manœuvre chinoise.

Alors que les échanges évalués à 9 Mds de $ en 2019 restent toujours déséquilibrés au profit de la Chine qui comme presque partout exporte beaucoup plus qu’elle importe [1], la partie cambodgienne a annoncé que l’accord concernait 95% de près de 350 produits désormais exemptés de taxes en Chine, à l’exception du riz, du sucre et du caoutchouc.

La bouffée d’oxygène dont il n’est pas certain qu’elle sera aussi efficace que le disent les discours à Phnom-Penh compte tenu du terrible déséquilibre commercial, intervient au moment où les relations de Phnom-Penh avec Bruxelles et Washington se crispent sérieusement.

Sanctions européennes et sauvetage chinois.

Sanctionné par l’UE qui vient de supprimer le schéma douanier préférentiel « Everything but arms » exemptant de taxes les exportations cambodgiennes entrant en Europe, le premier ministre Hun Sen, ancien Khmer Rouge, autocrate destructeur de la démocratie est soutenu par Pékin.


*

Réagissant aux harcèlements du Premier Ministre Hun Sen contre l’opposition politique réduite à sa portion congrue, en prison ou en fuite, l’UE a en effet privé le Cambodge d’une partie des bénéfices du régime « Everything But Arms – EBA - », véritable veine jugulaire de l’appareil productif du Royaume dont 25% des exportations sont destinée à l’Europe [2].

Le 12 février, date de la décision de Bruxelles entrée en vigueur six mois plus tard, Josep Borrell chef de la diplomatie européenne avait déclaré : « l’UE ne restera pas inerte quand, au Cambodge, la démocratie et les droits de l’homme sont réduits au silence. (...) »

« (...) La décision reflète notre ferme engagement envers le peuple cambodgien, ses droits et le développement durable du pays. Pour que les préférences commerciales européennes soient rétablies, il appartient aux autorités cambodgiennes de prendre les mesures politiques qui s’imposent. »

Les restrictions surviennent alors que Washington avait, en 2019, imposé des sanctions à Kun Kim proche du Premier Ministre Hun Sen ancien Chef d’État-major des armées et à plusieurs autres oligarques dont trois membres de la famille de Hun Sen et à cinq groupes commerciaux dont les avoirs en dollars dans le monde ont été gelés.

En même temps, sous la pression de Bruxelles, Nicosie a depuis novembre 2019 entamé le processus de retrait de la nationalité chypriote à 26 membres de l’oligarchie cambodgienne luxueusement installés dans l’Île depuis 2016 et 2017.

Ce n’est pas tout. Au cœur du différend avec Washington se trouve le souci stratégique de l’influence massive de la Chine dans le Royaume devenu une dictature à parti unique, brutale et corrompue protégée par Pékin. A la clé, la perspective que la marine militaire chinoise donne corps à la rumeur déjà ancienne qu’elle installerait une base navale à Ream au sud du Royaume, 15 km au sud-est de Sihanoukville.

Base navale et présence invasive des groupes publics chinois.

La rumeur qui n’est pas nouvelle, court que la Chine pourrait installer une de ses bases navales à Ream à une dizaine de km sud-est de Sihanoukville. Depuis la fin septembre, des photos satellites diffusées par le CSIS américain attestent que les anciens bâtiments construit par les États-Unis ont été rasés. (Photo Reuters)


*

Le 4 octobre dernier, une dépêche de Reuters résumait une avalanche d’informations sur le sujet. Images satellites à l’appui publiées par le CSIS, l’agence de presse anglaise rendait compte que Washington s’était officiellement étonné auprès de Phnom-Penh qu’un bâtiment de la base construit par les États-Unis abritant plusieurs petits patrouilleurs offerts, avait été rasé.

La réponse officielle de Phnom-Penh minimisa la présence chinoise réduite dit, le ministère de la défense, à une aide logistique, mais le CSIS notait que de vastes étendues de terrains évalués à 40 hectares contigus à la base de Ream avaient été cédées à des compagnies chinoises investies dans le dragage de sable [3] et l’immobilier.

A la manœuvre, plusieurs groupes chinois dont « Shanghai Taizi Industrial Co.,Ltd » omniprésent au Cambodge dans l’immobilier comme dans la banque et surtout « China Harbour », filiale de 中国交通建设, conglomérat public protéiforme en français « Groupe de Construction et de Communications », employant 120 000 employés et générant 70 Mds de $ de revenus annuels, fleuron chinois de l’aménagement du territoire dont les racines lointaines remontent à l’empire Qing.

Officiellement créé en 2005 par la fusion entre 中国路桥 (Routes et ponts – Bridge and roads corporation CRBC -) et 中国港湾工程 (China Harbour Engineering CHEC), le groupe coté à Hong Kong et Shanghai a récemment été sanctionné par Washington pour avoir été le maître d’œuvre de l’élargissement par bétonnage des Ilots en mer de Chine du sud.

Les groupes chinois cités ci-dessus n’ont pas bonne presse dans le sérail officiel de la Banque Mondiale et dans celui des appels d’offre internationaux auxquels ils n’aiment pas se plier.

En 2009, après une fraude dans un projet de construction d’autoroute aux Philippines, le groupe 交通建设 avait été interdit pendant huit années de participer à des projets financés par la Banque Mondiale. En 2018, le Bangladesh avait exclu d’un appel d’offres pour la construction d’une autoroute, la China Harbour Engineering Company CHEHC mentionnée plus haut.

En août 2019, la Banque Mondiale a encore exclu 810 entreprises chinoises de ses projets. Étaient particulièrement visés le groupe CRCC (China Railway Construction Corporation 中国铁建), et une série d’entreprises du secteur des équipements électriques dont SieYuan Electric 思源电气 et 13 filiales du groupe Dongfang Electronics 东方电子.

La Chine au Cambodge, exemple d’une « menace systémique ».

Les compagnies de construction chinoises participent massivement aux captations de terres du gouvernement de Phnom-Penh qui, sous couvert de développement, flouent les droits des populations locales. Ce faisant elles confortent la destruction de la démocratie et contribuent au maintien du pouvoir autocrate de Hun Sen à la tête du pays.


*

S’il fallait un exemple des raisons pour lesquelles l’Occident craint la rivalité chinoise que l’UE avait, en mars 2019, rangée dans la catégorie dite « systémique », le vieux Royaume Khmer en serait une illustration achevée.

Tirant profit de l’assise dans le pays des communautés chinoises arrivées de la région de Chaoshan au nord du Guangzhou à partir du XIIIe siècle au temps de la dynastie Yuan, l’influence de Pékin n’a cessé de s’affirmer dans le Royaume. A partir de 1949, comme partout dans l’ASEAN, l’arrivée au pouvoir du parti communiste créa une scission politique dans la communauté chinoise du Cambodge.

Dans les années 70, la fracture fut envenimée par l’idéologie khmère rouge dont la racine au Cambodge plongeait au plus profond des luttes sociales, anticoloniales et antimonarchiques, soutenues par Pékin et Hanoi, jusqu’à provoquer le cataclysme de l’auto-génocide qui, de 1975 à 1978, décima plus du quart de la population du pays.

Après le retour de Pékin à la raison pragmatique infusée par Deng Xiaoping à la fin des années 80, la Chine recommença prudemment à cultiver son influence dans le pays. Elle le fit d’abord en participant discrètement, par l’envoi au Cambodge d’un bataillon de transport, à l’opération des NU organisée après les accords de Paris, entre 1992 et 1994 [4].

L’implication internationale de l’armée chinoise, la première du genre, suivait le départ des troupes vietnamiennes restées 11 années dans le pays de 1978 à 1991, après que leur offensive ait chassé les Khmers Rouges du pouvoir, les obligeant à se réfugier dans le maquis à la frontière thaïlandaise. Au passage, rappelons que le 17 février 1979, Deng Xiaoping n’avait pu s’empêcher d’affirmer la prévalence de la tutelle chinoise sur le Royaume en réagissant militairement à l’offensive de Hanoï contre les KR protégés par la Chine.

Lancée à la mi-février à trois endroits du nord-Tonkin (Lao Cai, Cao Bang et Loc Binh), l’attaque prit fin tout juste un mois plus tard, le 16 mars. Avec la caution de Jimmy Carter en pleine bascule géopolitique prochinoise qui conduisit à la reconnaissance de la Chine par les États-Unis le 1er janvier 1979, Deng, qui exprima à cette occasion l’insistante culture impériale à l’égard d’un pays tributaire, expliqua que l’attaque était une « leçon donnée à un enfant turbulent ».

Les termes exacts de Deng étaient : « 小朋友不听话, 该打打屁股了 xiao pungyou bu ting hua, gai da da pigu le – Quand l’enfant désobéit, il faut lui donner une fessée ».

Depuis la fin des années 90, l’emprise de Pékin sur le Royaume n’a cessé de s’alourdir, au point que l’économie, les finances, le commerce sont pesamment dominés par l’influence chinoise.

Surtout, on mesure la longue portée inflexible des stratégies de Pékin en comparant la timide implication du pays dans l’APRONUC en 1993, à la présence invasive, 27 ans plus tard, du parti communiste chinois qui, imperturbable, a depuis 2014 cautionné la destruction des principes des accords de Paris, remplacés par un système à Parti unique calqué sur celui de la Chine.

Les entreprises chinoises participant aux projets dans le Royaume et dont la réputation internationale est plombée, s’inscrivent parfaitement dans ce schéma autocrate où les affaires sont étroitement mêlées à la politique.

Au Cambodge dont le régime est historiquement et structurellement articulé à la corruption massive des affidés du pouvoir et de la famille qui le contrôle – les voix contestataires sont soit achetées aux frais des finances publiques, soit en prison, soit en fuite - la réalité de l’enchevêtrement du politique et des intérêts économiques particuliers, entretient mécaniquement la corruption.

Le département du Trésor américain a récemment imposé des sanctions économiques aux groupes chinois Union Development Group (UDG) et Tianjin Developmet Group (TDG) qui, dans la province de Koh Kong, ont développé un projet touristique de luxe avec port, aéroport et casinos, sur des terres en partie saisies de force à la paysannerie locale.

Enfin, la persistance de la corruption rémanente des entreprises publiques chinoises opérant à l’étranger jettent une lumière crue sur les limites en Chine de la campagne de nettoyage entreprise par l’appareil.

Lire : US Sanctions Chinese Company Developing Resort in Cambodia

Note(s) :

[1La Chine est le principal fournisseur du Cambodge totalisant plus de 37% des importations du pays pour une valeur annuelle de 8,3 Mds de $, alors que les exportations du Royaume vers la Chine ne comptent que pour 900 millions de $, soit seulement 5% des exports cambodgiens qui vont essentiellement vers l’UE et les États-Unis.

[2Les textiles, les chaussures, les cycles, le riz, le sucre, le caoutchouc, les produits agricoles et de la pêche qui constituent 95% des exportations cambodgiennes vers l’Europe, sont tous partie du régime « EBA » supprimé à compter du 12 août. La mesure frappe directement les exportations vers l’UE pour une valeur annuelle équivalent à 250 millions d’€.

[3Les registres commerciaux cambodgiens mentionnent que seulement 2,77 millions de tonnes de sable ont été arrachées aux berges du sud-Cambodge par les sociétés chinoises et exportés vers Singapour entre 2007 et 2016. Mais la Cité État révèle que 30% de ses 80,2 millions de tonnes d’importations de sable - soit plus de 24 millions de tonnes - proviennent du Royaume.

[4La participation de l’Armée Populaire de Libération avec un bataillon de transport à l’opération des NU aux Cambodge (APRONUC en français et UNTAC en anglais) marqua le début de l’implication de Pékin dans les opérations des casques bleus qui ne cessa de s’amplifier par la suite.

Aujourd’hui, près de 30 années plus tard, la participation de la Chine au maintien de la paix des Nations Unies la situe à la dixième place mondiale, derrière une série de pays en développement, allant de l’Éthiopie n°1 et du Bangladesh n°2, au Ghana n°9 et à l’Indonésie et l’Égypte, n°8 et 7 dont chacun sait bien que la motivation première est la rétribution payée par l’ONU à chacun des militaires engagés, dont la base de 1428 $ par mois est très au-dessus des salaires payés par les pays contributeurs.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Entre l’Inde et la Chine la fureur a baissé d’un cran. Mais la défiance demeure

Coup d’Etat au Myanmar. Pékin reste de marbre, mais son jeu se complique

Les nouvelles « Grande Murailles »

En l’absence de l’Inde, la Chine unique poids lourd du Partenariat Économique Régional

Origine de la pandémie. L’Australie face aux puissantes pressions de Pékin. Quelles perspectives pour une OMS indépendante ?