Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Chine – Etats-Unis, guerre des taxes, guerre totale ou apaisement ?

La guerre des taxes a été lancée par D. Trump le vendredi 6 juillet. Ses secousses s’étendent à l’Europe unanimement inquiète - à l’exception notable de Londres - d’une rupture du lien transatlantique dont chacun sait pourtant qu’il exprime depuis des lustres non pas une relation équilibrée mais à la fois une prévalence de l’Amérique et une catalepsie stratégique de l’UE que la Maison Blanche accuse de négliger ses budgets militaires.

Au même moment, soulignant encore la faiblesse européenne aux prises avec la crise des migrants, le très iconoclaste et très imprévisible président américain se préparait à rencontrer le 15 juillet prochain à Helsinki, Vladimir Poutine qui participe pourtant avec son allié chinois à la riposte contre les taxes américaines. Dans l’édition du 7 juillet de « La Lettre de Léosthène » Hélène Nouaille rappelait justement, au-delà du commerce, l’origine politique de la crise, Trump prenant à contrepied l’Europe et la Chine, fustigeant la partialité des accords multilatéraux et replaçant l’Amérique au centre.

« L’Union européenne nous fait probablement autant de mal que la Chine, sauf qu’elle est plus petite. Elle a fait l’an dernier un excédent de 151 milliards de dollars. Et par dessus le marché, nous dépensons une fortune dans l’OTAN pour la protéger. Elle nous traite très injustement ».

Au-delà de la guerre des taxes, une crise politique.

Outre-Atlantique et en Europe les plus inquiets sont les adeptes d’une relation transatlantique et de l’OTAN directement issue de la guerre froide, extraordinaire et très coûteuse machine de guerre dont l’objet s’est évaporé avec l’effondrement de l’URSS, tandis qu’au sein même de ce qui reste en théorie le plus puissant « bloc militaire » de tous les temps, la Turquie, auto-proclamée nouveau « défenseur des croyants » manipule les angoisses migratoires européennes que le traité de l’Atlantique Nord est à mille lieues de pouvoir apaiser.

Logiquement, les nostalgiques d’une conception du monde disparue sont rejoints par les investisseurs, tenants de l’ordre financier tel qu’il est et, à l’image de Christine Lagarde, Directrice Générale du FMI redoutent que la guerre des taxes dégénère en un chaos commercial et financier généralisé. Certains, adeptes de l’hyperbole, prenant conscience de l’arrière plan stratégique de la manœuvre de la Maison Blanche, vont même jusqu’à craindre un dérapage vers un conflit armé.

Craignant que la guerre commerciale ne tarisse la manne financière chinoise reposant comme au Japon sur une très forte épargne intérieure et une faible consommation, quelques uns comme Raymond Dalio, célèbre gestionnaire de fonds spéculatifs (Hedge Fund) cherchant une rentabilité élevée et rapide par des « produits dérivés », ont relevé que le « tweet » de Donald du 6 juillet, premier jour d’entrée en vigueur des taxes contre les exportations chinoises, évoquait non pas une « querelle de taxes » mais une « guerre contre la Chine », tout court.

Vulnérabilités chinoises.

Les premières taxes sur des exportations chinoises aux Etats-Unis d’une valeur totale de 34 Mds de $ [1], entraînant une réaction immédiate de la Chine, ont, dans la presse officielle chinoise, d’abord donné lieu aux analyses spéculant à l’image des Occidentaux sur les risques partagés aux États-Unis et en Chine d’une guerre commerciale, soulignant la possible riposte de Pékin contre les entreprises américaines installées en Chine et les effets pervers du renchérissement des produits chinois sur les consommateurs américains.

La Chine a elle aussi commencé à ressentir les effets des stratégies américaines. Elle doit d’abord éponger l’augmentation de sa facture pétrolière, le prix du baril ayant en 30 mois, bondi de moins de 30 $ à près de 80 $, tirant aussi vers le haut les prix du gaz, effets combinés des quotas de production imposés par l’OPEC, notamment la Russie et de la sortie de Washington de l’accord avec Téhéran.

Le 2 juillet, après l’avoir laissé filée, la Banque de Chine a du intervenir pour freiner la chute de la monnaie sur les marchés internationaux où elle a perdu 4% en deux semaines. Le 5 juillet un article de CNBC signalait la volatilité des bourses chinoises de Shanghai et Shenzhen ayant respectivement perdu 23 et 22% depuis janvier 2018. Pour la plupart des analystes la persistance de la guerre commerciale avec Washington continuera à tirer les marchés boursiers chinois vers le bas et à ralentir la croissance, bête noire du Bureau Politique.

Le risque existe aussi qu’un nombre significatif d’investisseurs décident de transférer leurs capitaux hors de Chine, créant de sérieuses pressions sur le Yuan et sur les réserves de change.

Enfin, la nouvelle menace de la Maison Blanche d’élargir l’éventail des droits de douane à une liste de produits équivalant à 500 Mds de $ - frappant du coup la totalité des exportations aux États-Unis -, à quoi s’ajoutent les restrictions imposées aux investissements chinois dans les entreprises de haute technologies au cœur du projet « Made in China 2025 », modifie le ton des commentaires officiels de Pékin qui, regrettant comme Yuan Xuetong, « l’imprévisibilité de D. Trump », commencent à s’interroger sur l’ampleur et la portée de la campagne antichinoise de Washington.

Notes :

[1Les secteurs américains les plus touchés par une riposte chinoise sont, le soja, l’aéronautique, les véhicules automobiles, l’électronique grand public et les services (voyages, éducation, finances, administration des affaires).

D’un montant de 127 Mds de $ en 2017, en hausse rapide de 14 Mds de $ - 3e marché d’export américain après le Canada et le Mexique -, ces ventes ont été à l’origine d’1 million d’emplois aux États-Unis. Avant la guerre commerciale, la Chine imposait déjà des barrières douanières ou administratives aux exportations américaines, notamment dans l’agriculture et les services. Voir Exports to China continue to be important to US economic growth


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Violence de la guerre commerciale et espoir de conciliation

Retour sur un suicide. Imprudence et misère des entreprises privées

L’intégration politique, sociale et économique de Xi Jinping face à la guerre commerciale

Où va la guerre des taxes entre Washington et Pékin ?

Liu He à Davos. Entre éloquence, séduction et réalité