Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Chine-Russie. Les anciens rivaux serrent les rangs contre Washington

Sur sa route vers la Chine où il a séjourné du 23 au 25 mai, le nouveau président russe a fait une courte escale au Kazakhstan. Peut-être voulait-il signifier à Pékin qu’en Asie Centrale, où Moscou et Pékin coopèrent en se surveillant mutuellement au sein de l’Organisation de Coopération Shanghai (OCS), la Russie avait encore une belle influence dans les anciennes républiques soviétiques. De fait c’est encore Moscou, avec ses réserves d’hydrocarbures, outil de son retour de puissance, qui mène le jeu dans la nouvelle donne énergétique de la région, tandis que la Chine, dont la consommation en pétrole augmente fortement, mesure ses fragilités. Ce déséquilibre des situations au profit de la Russie constitue pour l’instant encore le fond de tableau d’une relation dont l’histoire a été marquée par la méfiance réciproque des deux grands voisins.

S’il est vrai que les contentieux territoriaux hérités de la guerre froide paraissent réglés, d’autres subsistent, comme la réticence de Moscou aux transferts de technologies sensibles qui agacent l’Armée populaire de libération, tandis que les militaires russes dénoncent le plagiat chinois des SU 27. Autre pomme de discorde qui renvoie au problème de l’énergie : les très fortes prétentions russes pour le financement du pipe-line de la Sibérie vers la Chine, dont la construction a été ralentie pour cause de désaccord sur les prix. Pour ne rien arranger Moscou joue habilement des concurrences entre Pékin et Tokyo avec un projet d’oléoduc direct vers les cotes sibériennes en face du Japon. Les Russes de leur côté sont toujours inquiets du déferlement des commerçants chinois dans leur Extrême Orient. Surtout ils anticipent que, dans moins de dix ans, le dynamisme et l’influence croissante de la Chine sur la scène internationale placeront Moscou en position moins favorable.

Cette fois pourtant, le rapprochement stratégique semble prendre racine. Il s’était déjà amorcé en 2005, quand Moscou et Pékin dénonçaient l’élargissement de l’OTAN vers l’est et la présence envahissante des bases américaines en Asie Centrale dans l’arrière cour de la Russie et de la Chine. Les deux avaient également fait cause commune contre l’indépendance du Kosovo. A propos de la question iranienne leurs positions sont voisines, opposées à celles de Washington et de l’UE. Aujourd’hui, alors que le désastre du tremblement de terre au Sichuan traumatise profondément la Chine et que les équipes de sauveteurs russes étaient les premières non asiatiques acceptées sur le terrain par les Chinois, les déclarations sino-russes ont une nouvelle fois durci le ton à l’égard de Washington. Dans son discours à l’Université de Pékin Medvedev a affirmé que « l’alliance Pékin-Moscou était désormais une réalité dont le monde devait tenir compte, même si certains ne l’appréciaient pas ».

Deux sujets de controverse majeurs avec les Etats-Unis ont en effet resserré les liens entre les deux partenaires, qui au cours de l’histoire furent souvent des rivaux : les projets de défense anti-missiles américains en Europe orientale et en Asie du Nord-Est et la militarisation unilatérale de l’espace par le Pentagone. « La création d’un système global de défense anti-missiles et son déploiement dans plusieurs régions du monde ne contribuent pas aux équilibres stratégiques et sont un obstacle à la lutte contre la prolifération nucléaire (...) La Chine et la Russie sont opposées à la militarisation de l’espace ». Cette déclaration marque peut-être un durcissement de la position chinoise qui, jusqu’à présent, avait laissé les Russes prendre la tête des controverses avec Washington sur la question de la défense anti-missiles.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?