Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

La puissance militaire chinoise et le réarmement de l’Asie

L’Asie réarme.

Janvier 2014, les officiels vietnamiens à Cam Ranh pour accueillir un sous marin Kilo construit en Russie.

Les équipements les plus prisés par les voisins sont, sans surprise, les avions de combat et les équipements navals, dont les sous-marins.

Le Japon a stoppé la réduction des dépenses militaires.

En 2015, le budget militaire du Japon, porté à 42 Mds de $ a augmenté de 2,8% pour la troisième année consécutive mettant fin à une baisse qui durait depuis 11 années. En 2013 les Directives de défense avaient prôné une coopération dynamique entre les trois armées et, à l’été dernier, Tokyo avait rendu public son livre blanc annuel sur la défense, au milieu des initiatives de Shinzo Abe pour réinterpréter l’esprit pacifiste de la constitution, avec cependant un soutien très mitigé de l’opinion. Le document qui était une redite de celui de 2013, déjà très critique des initiatives chinoises, exprimait la crainte de l’administration Abe face à la montée en puissance de l’APL.

Le plan d’équipement aéronaval japonais prévoit 23 avions de patrouille maritime P-1 à long rayon d’action fabriqués par Kawasaki, 6 sous-marins, 6 destroyers équipés de dispositifs anti-mines, la modernisation de 2 destroyers AEGIS de la classe Atago qui portera la flotte à capacité anti-balistique à 8 destroyers, le doublement et la modernisation de la flotte d’AWACS portée à 8 et 42 chasseurs multi-rôles F-35A de Lockheed Martin. Les forces terrestres ne seront pas en reste avec la création d’une brigade amphibie de 3000 hommes dotée de 52 véhicules d’assaut amphibie et divers autres équipements aéroterrestres tels que des lances missiles anti-navires mobiles ou l’aéronef birotor MV-22.

L’Inde : +11%. Marine, aviation, troupes de montagne

En Inde, - n°1 sur la liste des importateurs d’armes – l’augmentation du budget a été de 11% qui a haussé le poste défense à 38,5 Mds de $.

A côté des priorités accordées à l’aviation de combat (achat de 126 Rafale à la France pour 15 Mds de $) et à la marine (le plan d’équipement prévoit qu’en 2025 les forces navales disposeront de 10 destroyers, 24 frégates, 20 corvettes et 34 sous-marins), la situation aux frontières avec la Chine a également retenu l’attention du gouvernement Modi.

De nouvelles unités de montagne porteront les effectifs déployés dans l’Himalaya à 90 000 hommes, soit l’équivalent de 6 divisions. En janvier, l’armée indienne a testé un missile balistique de plus de 4000 km de portée tiré contre une île du golfe du Bengale au large de ses côtes orientales.

Le Vietnam : Marine, chasseurs de combat, missiles anti-navires.

Le Vietnam vient de prendre possession de son troisième sous-marin d’attaque de type Kilo de fabrication russe commandé en 2009 et dont le premier exemplaire d’une série de 6 pour le prix total de 2 Mds de $, avait été livré à Hanoi en novembre 2013. Les sous-marins sont seulement l’un des volets des nouvelles capacités vietnamiennes. Hanoi a également commandé 6 frégates de type Gepard 3-9 russes dont les 2 premières ont été livrées en 2011.

Equipées d’un sytème anti-aérien – missiles et canons - contrôlé par radar, de missiles anti-navires et d’un sonar anti sous-marin, les frégates s’ajoutent aux 10 patrouilleurs rapides de la classe Molniya fabriqués au Vietnam avec l’assistance des ingénieurs navals russes dont la redoutable puissance de feu anti-navires est basée sur 8 missiles subsoniques Kh-35 E, fabriqués au Vietnam et 4 missiles Moskit / SS-N-22 supersoniques.

La marine prendra également livraison de 4 corvettes hollandaises furtives SIGMA équipées de missiles anti-aériens Mistral et d’Exocet anti-navires de fabrication française, avec un système de combat et un sonar anti-sous-marin également produit par le Français Thalès. Parallèlement aux équipements navals, le Vietnam renforce sa vieille flotte d’avions de combat MiG-21 et SU-22 par les plus récent SU-27 et dernièrement des SU-30, dont les capacités de combat aéronautiques modernes seront cependant limitées en l’absence de ravitailleurs capables de garantir l’autonomie sur zone et sans avions AWACS qui assurent l’alerte et la coordination indispensables avec des appareils aussi rapides.

Philippines, Malaisie.


Petits moyens, priorité à la marine et aux chasseurs légers.

Les autres acteurs du théâtre clairement engagés dans la modernisation de leurs capacités de défense sont les Philippines, la Malaisie et l’Indonésie. C’est probablement Manille dont les forces armées étaient le plus en retard et les moins bien dotées qui font l’objet du redressement le plus spectaculaire. Le budget de la défense 2015 a été rehaussé à 2,7 Mds de $, aujourd’hui le 3e poste de dépenses du pays, cependant très loin derrière les budgets sociaux et celui de la lutte contre les catastrophes naturelles.

En dépit de la faiblesse des moyens financiers, les commandes d’équipements comprennent 12 avions de combat légers KAI-T 50 coréens à quoi s’ajoutent 10 patrouilleurs maritimes multi-rôles japonais dont la livraison sera terminée en 2015, 2 navires logistiques commandés à l’Indonésie, 21 hélicoptères neufs achetés au Canada et à la Grande Bretagne et 2 avions logistiques C.130 achetés aux États-Unis. Parmi les appels d’offre en cours : 6 avions d’appui-sol, 2 frégates, 2 avions de patrouille maritime, des hélicoptères anti-sous marins et des gardes-côtes.

Le budget de défense de la Malaisie qui s’inquiète des rivalités entre la Chine et les Philippines autour du récif des James Shoal (Lire notre article Vacuité diplomatique et crispations militaires dans le Pacifique occidental) n’est pas non plus très élevé.

Mais à 5,4 Mds de $, en augmentation de 10% en 2015, il est le double de celui de Manille. En discussion budgétaire : l’achat de 8 corvettes lance-missiles et 6 hélicoptères de lutte anti-sous marine, à quoi s’ajouterait l’achat de patrouilleurs et la modernisation des torpilles et missiles de la marine, pour un prix total de 2,86 Mds de $.

Le raidissement indonésien. Important effort militaire.

En Indonésie la campagne présidentielle qui conduisit en 2014 à la victoire le très populaire et très énergique gouverneur de Djakarta Joko Widodo, avait en partie été placée sous l’exigence de renforcer la défense face aux pressions des revendications de souveraineté chinoises. En juin 2013, déjà à la session annuelle du Shangrila Dialogue, le ministre de la défense Purnomo Yusgiantoro qui s’était cependant gardé de provoquer Pékin, avait souligné la nervosité générale des pays riverains de la mer de Chine du sud.

Même le très modéré ministre des Affaires étrangères Marty Natalegawa avait donné de la voix au printemps 2014 pour demander à Pékin d’expliquer la logique sa « ligne en 9 traits » qui empiète sur la ZEE des Natuna abritant l’un des plus vastes gisements de gaz au monde avec des réserves estimées de 1300 Mds de m3, tandis que, durant la campagne, Widodo avait promis de porter les dépenses de défense à 1,5% du PIB.

Depuis, un consensus est né autour d’un plan de modernisation des forces qui court jusqu’à 2029. Baptisé « Minimum Essentiel Force – MEF - », il prévoit l’acquisition de chars, de sous-marins, d’hélicoptères et d’avions de combat, avec un projet d’Indonesian Aerospace de construire un chasseur de combat conjointement avec la Corée du Sud.

Au total dit le ministère de la défense, le gouvernement envisage de doter les forces de 274 navires de combat, de sous marins, de 10 escadrons de chasseurs (100 appareils), de 12 sous-marins Diesel, d’hélicoptères et de chars de combat achetés auprès de fournisseurs aussi variés que la Turquie, l’Allemagne (chars Léopard), la Russie pour les sous marins, les États-Unis (hélicoptères Apache).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La « Troisième résolution historique » place Xi Jinping au pinacle de l’appareil

Les embarras politiques de la liaison adultère entre Peng Shuai, championne de tennis et Zhang Gaoli, ancien membre de l’élite

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate