Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Lu Shaye, nouvel Ambassadeur de Chine à Paris fustige les médias français. Regards sur la rigidité du pouvoir chinois

Arrivé en France en juillet l’ambassadeur LU Shaye a loué la coopération bilatérale pour défendre le multilatéralisme, mais a sévèrement critiqué le manque d’objectivité des médias français à propos de Hong Kong.


*

La question de Hong Kong en effervescence depuis près de 4 mois vient de s’inviter dans la politique française par le truchement du nouvel ambassadeur de Chine Lu Shaye qui a pris ses fonctions à Paris à la fin juillet.

Le 3 septembre, celui que les médias anglo-saxons appellent parfois « The undiplomatic diplomat » publiait dans Le Figaro une tribune libre intitulée « La Chine ne dialogue pas avec l’émeute » dont le texte a été diffusé par l’Ambassade de Chine à Paris.

La dernière partie de cette note propose une analyse des risques posés par la rigidité politique du pouvoir chinois.

*

Âgé de 55 ans, Lu entré au Waijiaobu en 1987, a été responsable des Affaires africaines (2009 – 2014) après y avoir été un des rédacteurs, puis le n°2. Il s’est aussi rapproché du cœur du pouvoir chinois quand il était Directeur du Centre d’analyse politique au Bureau des Affaires étrangères du Comité Central (2015 – 2017). Avant d’arriver en France, il a été Ambassadeur au Sénégal (2005 – 2009) et au Canada 2017-2019).

Dans ce dernier poste, à peine arrivé à Ottawa en 2017, Lu, sortant de son rôle, n’avait pas hésité à s’en prendre publiquement au gouvernement Trudeau pour lui suggérer de « négocier un accord de libre-échange avec Pékin plutôt que de se prosterner devant les journalistes canadiens préoccupés par les droits humains en Chine. »

Régulièrement il a aussi fustigé le caractère biaisé et calomnieux des articles de la presse canadienne sur les persécutions des Ouïghour.

Enfin en 2018 – 2019, Lu a eu à faire face à la polémique entre Pékin, Ottawa et Washington, autour de l’arrestation à Vancouver de Meng Wenzhou, fille de Ren Zhengfei PDG de Huawei.

C’est à cette occasion que, défendant bec et ongles les intérêts de Pékin avec une virulence tranchant avec l’habituelle discrétion des diplomates chinois, il avait dans un article publié dans « The Hill Times » le 9 janvier 2019, accusé les médias canadiens d’exprimer « l’égotisme occidental et la suprématie de la race blanche ».

Lire le paragraphe « Émotion et rancune chinoise à Ottawa »

L’article publié dans le Figaro un mois après son arrivée en France est dans la même veine. Décomplexé, tournant le dos aux traditions diplomatiques de retenue feutrée, il attaque de front les médias français et, dit-il, le parti-pris anti-chinois de leurs compte-rendu de la situation à Hong Kong. Page suivante, le texte de son article.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs