Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Nettoyage de la capitale et expulsions. Incendie et polémiques. Les migrants, « citoyens de seconde zone »

Dans les faubourgs de Pékin le Parti conduit une vaste opération de nettoyage urbain dont les principales victimes sont les migrants. La mairie se défend contre les critiques en expliquant qu’elle a procuré du travail et aidé au relogement.


*

Il fallait s’y attendre. La campagne de nettoyage de la capitale et d’évictions des migrants menée avec détermination et efficacité par la mairie de Pékin, mais, au total, assez peu attentive aux réactions des expulsés, vient de produire un premier retour de flamme.

Le 10 décembre jour anniversaire des « droits de l’homme » institué par l’ONU, au village de Feijia 费家村 – feijia cun - (le village des artistes) situé au-delà du 5e périphérique au nord-est de la capitale, des centaines de manifestants se sont rassemblés pour protester contre la destruction de leurs habitations et de tout un quartier transformé en zone sinistrée par les engins de terrassement.

Alors que les manifestants brandissaient des banderoles protestant, au nom des droits, contre la violence des expulsions « 暴力 驱 赶 侵犯 人权- baoli qugan qinfan renquan » une envoyée de la mairie tentait par mégaphone de rassurer la foule : « 相信我。无论 今天 有 什么抱怨 都 可以- Xiangxin wo, wulun jintian you shenme baoyuan, dou keyi - Faites moi confiance ; aujourd’hui quelles que soient vos doléances, elles seront entendues ».

Il n’est pas certain que les bonnes paroles suffisent. Déjà en cours depuis plusieurs mois, la campagne d’assainissement s’est brusquement accélérée quand, le 18 novembre, 19 personnes dont plusieurs enfants, sont morts dans l’incendie de logements insalubres à Xihongmen dans le district de Daxing suite à un feu déclenché dans un atelier textile installé au sous-sol d’un immeuble.

La précision sur les circonstance de l’accident donnée par un site d’information chinois a rapidement été effacée par la censure et remplacée par un communiqué lapidaire de la mairie qui tentait de faire oublier qu’elle connaissait la situation au point qu’elle y avait déjà organisé des exercices incendie.

Les évictions brutales sur très courts préavis ont, pour la plupart, eu lieu dans des zones de la périphérie de Pékin où logent les migrants mal payés dont les conditions de vie, le déclassement et la manière dont ils ont été expulsés ont ému les internautes.

Un faisceau de réactions critiques.

S’il est vrai que les rassemblements de Feijia Cun sont de faible ampleur, ils expriment un malaise et une désapprobation courant non seulement dans les populations concernées, mais également dans le milieu académique. Il y a deux semaines une affiche placardée à Qinghua révélait qu’une centaine d’intellectuels réprouvaient la brutalité de la campagne d’assainissement. Les critiques sont même venues de l’intérieur du système.

Le 26 novembre, la chaîne nationale CCTV publiait un commentaire sur « wechat » qui, tout en reconnaissant que « la ville devait être assainie » sans faiblir, indiquait qu’il était « nécessaire de faire preuve de compassion à l’égard des populations affectées ». Le texte continuait en évoquant les risques de sécurité portés par les bidonvilles insalubres, mais il s’interrogeait aussi sur la situation des migrants « obligés de trouver un abri avec seulement 3 jours de préavis, en plein hiver par des températures largement en-dessous de zéro. »

Prenant le contrepied des publications de la capitale comme le Quotidien de Pékin faisant l’apologie des efforts d’assainissement de la mairie désormais aux ordres de Cai Qi, proche du président et ayant récemment bénéficié d’une promotion accélérée entré au Bureau Politique au 19e Congrès, CCTV pressait les autorités de se conformer à leur slogan du Congrès promettant de développer le pays de manière « patriotique – 爱国 – aiguo », par des efforts « d’innovation 革新 – gexin - », de « solidarité 团结 – tuanjie - » et de « justice morale 道德 正义daode zhuyi ».

Le China Daily en Anglais abordait la question morale du traitement indigne des migrants mal payés, sans statut de résidents, méprisés et rejetés par les Pékinois, alors même qu’ils contribuent à l’aménagement urbain et l’amélioration de l’esthétique de la capitale.

Cai Qi, n°1 à Pékin en première ligne.

La police ferme les rues pour prévenir les rassemblements.


*

Les critiques des médias officiels contre la mairie renvoyaient à de probables frictions internes dont il n’est pas difficile de deviner qu’elles sont dirigées contre Cai Qi dont la promotion éclair n’aura pas manqué de faire des jaloux [1]. En tous cas, n°1 de la mairie depuis le Congrès, Cai Qi qui s’était fait un nom et une réputation sur les réseaux sociaux à l’écoute des internautes à propos de la pollution dans la capitale qu’il avait promis de réduire, mesure aujourd’hui les contradictions de l’action publique.

Ecartelé entre d’une part le projet d’assainissement des quartiers périphériques qui recoupe celui de réduire la population de la capitale de 2 millions pour la contenir en-deçà des 23 millions prévus par la planification 2020, et d’autre part la sévérité des jugements de la « toile » qui l’accusent d’avoir tiré profit de l’incendie mortel de Xihongmen pour se livrer à une « épuration sociale » des quartiers périurbains, le protégé de Xi Jinping a été contraint de rappeler ses équipes de démolisseurs à la modération et à plus d’attention aux résidents.

Plus largement, l’assainissement de la capitale ciblant les migrants sans statut et priés de se reloger par leurs propres moyens ou de retourner dans leur province d’origine, télescope l’un des plus graves problèmes sociaux auxquels la Chine est confrontée.

Lire :
- Les migrants relèvent la tête.
- 我是 范 雨素。La souffrance des migrants sur les réseaux sociaux.

Notes :

[1菜奇, Cai Qi, 62 ans. Membre du Comité Central et du Bureau Politique depuis le 19e Congrès. Diplômé de sciences politiques de l’université normale du Fujian, Cai Qi a pour lui d’être un des fidèles du Secrétaire Général qui apprit à le connaître au cours leur expérience commune au Fujian à la fin des années 90 et à Hangzhou au Zhejiang (2003 – 2007). En 2014, Xi Jinping l’a appelé à Pékin pour en faire le n°2 de la Commission Nationale de Sécurité du Comité Central.

Deux ans plus tard, il était nommé vice-maire de Pékin, puis maire en 2017. Rares sont les fonctionnaires pouvant se targuer d’une promotion aussi rapide


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La finance en ligne. Entre ouverture du marché et mise aux normes sociales

Funérailles érotiques dans les campagnes

La « casuistique » jésuite à l’œuvre en Chine

La reconnaissance faciale. Une vaste ambition politique de contrôle de la société

La culture « Sang 丧 », entre dérision, cynisme et rébellion