Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

Retour des luttes politiques au sommet ?

Le bienveillant mentor de Wen Jiabao s’était aussi distingué par ses idées très à contre courant sur la question tibétaine. Après une de ses inspections sur le terrain qu’il affectionnait tout particulièrement, parce qu’elles lui permettaient de remettre en question les idées reçues et les maquillages des cadres locaux, il décida en 1980 de réduire le nombre de fonctionnaires Han dans la province, et obligea ceux qui restèrent à apprendre le Tibétain. Pour lui l’amélioration de la situation au Tibet passait d’abord par l’augmentation des budgets dédiés à la province, l’amélioration du niveau d’éducation et surtout le renouveau de la culture tibétaine.

Mais il y a plus. Le texte du Premier Ministre, qui vient après la publication en février dernier, d’un code éthique, concocté par le Parti, est un rappel déontologique mettant l’accent sur l’obligation d’assiduité désintéressée des fonctionnaires au service du peuple et la nécessité pour eux de ne pas se couper des réalités de terrain. Une règle que Wen a toujours ostensiblement appliquée. On se souvient qu’il était apparu sur des photos restées célèbres, négociant avec les étudiants à Tian An Men aux côtés de Zhao Ziyang, l’autre Secrétaire Général évincé par Deng en 1989.

Depuis 2002, il n’a cessé de montrer sa compassion pour les plus défavorisés, apparaissant systématiquement sur les lieux des sinistres, aux côtés des victimes. Il n’est donc pas étonnant que son texte fasse plusieurs fois référence aux souffrances du peuple, qui renvoient non seulement aux catastrophes en cours (sècheresse et séisme du Qinghai), mais également à la « grève » des migrants, qui gène l’économie chinoise depuis le début de l’année, ou aux dizaines de milliers « d’incidents de masse » - presque 100 000 en 2009 -, qui secouent régulièrement les campagnes et les abords des grands centres urbains.

Enfin, le fond de l’article, qui met presque uniquement l’accent sur les problèmes des campagnes et sur le sort de paysans, dont la majorité est aujourd’hui toujours aussi démunie face aux aléas de l’adversité et des maladies, tranche nettement avec l’ambiance glamour, moderniste et « high-tech », baignant dans des milliards d’investissements et de dépenses de prestige, qui entoure l’ouverture prochaine de l’exposition universelle de Shanghai, dont le Parti espère tirer un important profit politique interne.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Mer de Chine méridionale. Le fait accompli se pare de juridisme

En Afghanistan, Pékin face à la surenchère terroriste

La diplomatie du chantage. Quand le rapport de forces subjugue le droit

« Adoucir l’image internationale de la Chine ». Les intellectuels à la manœuvre

Le défi de la sécurité des Chinois au Pakistan