Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

Toutes les provinces auraient leur nouveau Secrétaire du parti

A quelques mois du Congrès du parti communiste, prévu à l’automne, la procédure d’élection des Comités du parti semble achevée des cantons jusqu’aux provinces. L’agence Xinhua annonce que l’âge moyen des Secrétaires du parti - responsables les plus élevés dans leur circonscription - dans les 31 provinces, régions et municipalités autonomes, est d’environ 58 ans.
Douze des Secrétaires provinciaux (39%) sont nés dans les années cinquantes et, selon l’agence, « ils deviennent la colonne vertébrale du leadership local du PCC ». Presque la moitié d’entre eux sont titulaires d’un master ou d’un doctorat. Les comités de province auraient cependant une combinaison « raisonnable » d’âges, de 40 à 60 ans, et de capacités à gouverner.
Comme prévu, le nombre des Secrétaires adjoints de province a été réduit, dans la plupart des cas, à deux. Ils sont maintenant 67 au total, au lieu de 158 précédemment. En principe, l’un d’eux est gouverneur (ou président, ou maire) et l’autre en charge des affaires locales du parti.
Ce processus, interne au parti, est indépendant des élections aux Congrès populaires (les assemblées à tous les échelons). Il est également distinct du choix des délégués au Congrès du PCC. Les trois procédures de désignations avancent en parallèle.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Questions sur les origines uniques de la civilisation chinoise

Zhang Sizhi, la voix des avocats chinois s’est éteinte

Radicale volte-face intérieure et signes d’apaisement de la querelle stratégique avec l’Occident et les États-Unis

Du risque d’instrumentaliser la lutte contre l’épidémie à des fins politiques

La proximité avec Vladimir Poutine en question. Vifs débats internes