Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Economie

Voie ferrée Qinghai-Tibet : achèvement de la pose des rails

Le vice-Premier ministre HUANG Ju a présidé, le 15 octobre à la gare de Lhasa, une cérémonie marquant l’achèvement de la pose des rails de la voie ferrée Qinghai-Tibet (Xining-Lhasa : 1.950 km). L’altitude de la voie dépasse souvent 4.000 mètres et son point le plus haut est même au-dessus de 5.000 m. Les premiers essais de circulation des trains sont prévus pour Juillet 2006.
Selon le ministère des Chemins de fer, des liaisons régulières seraient prévues, après la période d’essais, entre Lhasa et Xining, Pékin, Shanghai, Chengdu et Canton. La voie devrait être prolongée entre 2006 et 2010 jusqu’à Xigaze et Nyingchi.
Les Chemins de fer chinois sont en train de réaliser là un exploit technique, les principales difficultés découlant du climat en altitude et de l’instabilité saisonnière des sols. Lorsque la voie ferrée sera en exploitation, elle pourrait assurer 75% des transports de fret en direction du Tibet. L’économie de cette région va être stimulée par l’abaissement des prix de transport. Le désenclavement terrestre du Tibet pourrait avoir d’autres conséquences, politiques et démographiques en particulier.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Chine – Etats-Unis, guerre des taxes, guerre totale ou apaisement ?

L’intégration politique, sociale et économique de Xi Jinping face à la guerre commerciale

Où va la guerre des taxes entre Washington et Pékin ?

Liu He à Davos. Entre éloquence, séduction et réalité

Le nationalisme économique perpétue les risques de crise financière