Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

8e mois, 8e jour : triomphe, images et illusions

Le 8 août, à 8 heures du soir, la Chine moderne et toujours superstitieuse qui croit aux vertus bénéfiques du chiffre 8, a organisé une cérémonie pour inviter officiellement le monde et les organisation olympiques nationales de la planète à ses jeux de 2008, dont elle veut faire son triomphe.

A l’évidence la fête, qui avait fermé l’accès à la Place Tian An Men toute la journée, n’avait rien de populaire. Elle contenait en revanche un message destiné aux télévisions et à l’opinon mondiale : « Nous sommes prêts et nous réussirons, en dépit de ceux qui nous critiquent et veulent gâcher la fête ».

Autopersuasion, assortie d’une bonne dose de poudre aux yeux à destination de la communuauté internationale. Brillante chorégraphie sur des plateaux tournants filmés d’en haut, couleurs chaudes et vives, interprétation magistrale au piano par le prodige chinois Lang lang de la chanson sur le fleuve Jaune, accompagné par un orchestre symphonique puissamment et parfaitement sonorisé, danses et chants de minorités coréennes et ouïghoures aux tenues chastes, mêlées aux minipujes des « laladui », traduction chinoise des « pompom girls » qui, comme aux Etats-Unis accompagnent de plus en plus les rencontres sportives en Chine. Le tout sur fond de Cité interdite illuminée et embrasée par des feux d’artifice, explosions de couleurs et de figures pyrotechniques, à côté desquels les prestations françaises du 14 juillet ont l’air d’avoir été tirées par le patronage du quartier.

Cette flamboyance festive contrastait avec les discours des officiels chinois (Wu Banguo, n°2 du régime, Président de l’ANP, Liu Qi Président du Comité des JO et secrétaire du parti de la municipalité de Pékin, Wang Qishan, maire de Pékin) qui se donnaient du « camarade », et dont les interventions, rythmées par des présentateurs emphatiques et grandilloquents, avaient adopté le ton compassé des cérémonies officielles du régime. Dans le style des grands discours du Parti, eux-mêmes calqués sur la manière protocolaire, mi-parlée, mi-chantée, des crieurs impériaux, ils ressassaient les idées auto-laudatives d’une Chine triomphante, intégrée au monde et s’apprêtant à organiser les meilleurs JO de tous les temps.

Il est vrai que l’organisation matérielle est au top. Tous les stades, piscines, plans d’eau, et gymnases sont prêts ou le seront, très largement avant l’heure. On n’a pas lésiné sur les moyens, déployés comme ceux d’une armée en campagne, qui, avec ses gros bataillons de grues et de bétonnières bouleverse les quartiers, fait surgir des parcs enjambant les périphériques et transforme en un tournemain l’aspect des rues et des faubourgs nord de Pékin, soudainement plantés d’arbres transplantés par milliers. Les détails, même les plus minuscules, sont analysées, décortiqués, pesés et soupesés mille fois. La façade artistique de l’événement promet également d’être brillante, haute en couleurs et en chorégraphies originales, mêlant les danses et tenues modernes aux anciens pas glissés et tournoyants de l’opéra de Pékin, sous la direction artistique de gens comme Zhang Yimou et Stephen Spielberg. A condition toutefois que ce dernier ne mette pas à exécution sa menace de se retirer sous la pression des critiques qui l’accusent de cautionner une dictature.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde

François Heisbourg : Le mystère non résolu de l’origine de la pandémie à Wuhan

« Renverser ciel et terre » Une plongée saisissante dans la tragédie de la révolution culturelle