Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

Chine - Japon. Un remarquable exercice de tolérance diplomatique

La récente visite du président Hu Jintao au Japon (6 au 10 mai) mérite attention. Les deux géants de l’Asie de l’est, (2e et 3e économies mondiales), dont la mémoire collective est hantée par une longue cohorte de fantômes, de méfiances et de rancoeurs viennent de se livrer à un exercice de tolérance diplomatique assez rare pour être souligné. Contrairement à ce que disent certains médias, le changement de posture des deux voisins n’a que peu de rapport avec une manœuvre tactique de Pékin pour redorer son image dégradée par les récentes effervescences autour de la question tibétaine.

La nécessité de mettre fin aux graves tensions bilatérales qui avaient marqué les années 2004 et 2005 est en effet apparue très tôt aux responsables à Pékin. Dès septembre 2006 le départ du premier Ministre Koizumi, dont les visites répétées au temple Yasukuni avaient déclenché de violentes réactions anti-japonaises, avait permis une première détente, marquée par la visite en Chine de son successeur Shinzo Abe (octobre 2006) et les voyages au Japon du premier Ministre Wen Jiabao et du ministre de la Défense Cao Gangchuan (avril et août 2007).

Mais avec Shinzo Abe aux commandes, la Chine n’était qu’à demi rassurée. Le remplaçant de Koizumi était en effet lui aussi membre de la droite conservatrice (son grand-père maternel, Nobosuke Kishi, était ministre de l’industrie et du commerce du général Tojo), et s’il est vrai qu’il semblait avoir renoncé aux provocantes visites du sanctuaire, il n’en avait pas moins poursuivi une politique visant à rehausser le profil stratégique du Japon qui inquiétait Pékin (projet de révision de l’article 9 de la Constitution et remplacement de l’Agence de Défense par un véritable ministère de la Défense en janvier 2007).

La détente ne s’installa vraiment qu’avec le départ précipité de Shinzo Abe et son remplacement par Yasuo Fukuda, venu en Chine en décembre 2007. Définitivement rassurée par l’abandon du projet de révision de la Constitution, la Chine pouvait lancer sa politique de réconciliation, à laquelle le président HU vient de donner un sérieux coup d’accélérateur. Le changement de ton par rapport à la visite au Japon de son prédécesseur en 1998 est en effet remarquable.

Alors que Jiang Zemin avait jeté un froid en reprochant aux Japonais de ne pas avoir suffisamment fait amende honorable pour leurs crimes de guerre, Hu a, dans un discours remarqué, réuni les souffrances des deux peuples, placés pour la première fois dans l’histoire sur un même plan par un dirigeant chinois : « Cette histoire malheureuse n’a pas seulement causé des souffrances extraordinaires au peuple chinois, elle a aussi gravement blessé le peuple japonais »... « S’il est vrai qu’il est important de commémorer l’histoire, nous ne devons pas en nourrir des rancoeurs ».


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En Europe de l’Est et à Berlin, Li Keqiang manœuvre pour désamorcer la crainte du « péril jaune »

Le G7 au Québec et l’OCS à Qingdao, les deux pôles rivaux du monde

Sous la « tempête Trump », les illusions chinoises de la Chancelière

La crise iranienne, une aubaine pour la Chine ? Et l’Europe ?

Visite de Li Keqiang au Japon. Les lignes bougent-elles ?