Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

HONG KONG à l’orée de 2020

Après 6 mois de tumultes, marqués par de très violentes éruptions de violence, la situation dans la R.A.S s’est d’abord stabilisée après la victoire sans appel des pro-démocrates le 24 novembre aux élections des conseillers de districts. Lire : Hong Kong : bataille rangée, controverse juridique, souveraineté et droit des individus.

Mais elle connait un regain de tensions depuis que le gouvernement a fait savoir qu’il n’accéderait pas aux requêtes que le mouvement adresse avec insistance à Carrie Lam depuis juin 2019 (enquête indépendante sur les violences policières, amnistie pour les personnes arrêtés, élection du gouverneur au suffrage universel, suppression de la qualification d’émeutiers pour les manifestants).

Le 1er janvier 2020, la nouvelle année a été inaugurée par une des plus puissantes manifestations depuis le début des troubles qui rassembla un million de personnes dans le centre de la R.A.S.

Enfin, l’année a commencé avec l’affectation à la tête du Bureau de Pékin de Luo Huining 骆惠 宁65 ans, en remplacement de Wang Zhimin à qui le Parti fait payer le raz-de-marée pro-démocrate aux élections de district le 24 novembre dernier, qu’il n’a pas vu venir. Natif de Yiwu dans le Zhejiang, Luo Hunning, est un homme dont l’expérience politique est plus riche que celle de son prédécesseur.

S’il est vrai qu’il ne connaît pas Hong Kong, il a jusqu’à cette année, été le n°1 du parti au Shanxi, après avoir à la tête du Qinghai de 2013 à 2016. Après 10 ans dans l’Anhui (fief de l’ancien n°1 Hu Jintao) où il a gravi tous les échelons depuis ses études à l’Université jusqu’au Comité permanent de la province, toujours dans des postes liés à l’économie et à la planification, il a, à 49 ans, obtenu un diplôme d’économie à l’Université du Peuple de Pékin. Il est membre du Comité Central depuis le 19e Congrès.

Sur le front de la protestation contre le gouvernement, les dernières mobilisations d’envergure ont eu lieu le dimanche 1er décembre, le 8 décembre, le week-end du 28 décembre, les 1er et 5 janvier 2020.

*

La mobilisation protestataire reste forte.

Le 1er décembre, galvanisés par le « tsunami » des élections locales du 25 novembre, ayant balayé la mouvance pro-Pékin, des manifestants violents habillés de noir ont, après une semaine d’accalmie, repris le harcèlement de la police avec des jets de briques, de fumigènes et de cocktails Molotov. Les points chauds étaient à Mongkok, Tsim Sha Tsui et Whampoa.

Selon la police, le défilé de Kowloon n’a rassemblé que 16 000 personnes. Les organisateurs estimèrent en revanche la foule à plus de 300 000. Ici et là des manifestants agitant des drapeaux américains remerciaient D. Trump pour avoir, le 28 novembre, signé le décret sur la démocratie à Hong Kong (HK Democracy Act).

A Whampoa, les manifestants s’en sont pris à des enseignes commerciales. Les cibles étaient China Mobile et les chaînes de restaurants japonais Yoshinoya et Hongkongais Best Mart 360. Cette dernière, objet depuis le début de la vindicte récurrente d’activistes ayant saccagé plusieurs de ses restaurants, est accusée d’avoir des liens troubles avec les gangs du Fujian, principaux pourvoyeurs des nervis manipulés par le pouvoir contre les frondeurs.

Selon les statistiques officielles, le bilan des blessés du 1er décembre était faible. Seulement 7 hommes et une femme ont été admis à l’hôpital le 1er décembre. Le lendemain 2 décembre 4 d’entre eux étaient sur pied.

Le 8 décembre, plusieurs centaines de milliers (les manifestants annoncèrent 800 000 personnes, la police 200 000) ont défilé pacifiquement à l’appel du Front des Droits Civiques entre le parc Victoria et Central. Certains agitaient des drapeaux anglais, exigeant « une vraie démocratie » ; la plupart réclamèrent en vain que Carrie Lam accède à leurs requêtes (cf. plus haut).

Le 12 décembre, quelques dizaines de milliers se sont regroupés à Central pour marquer le 6e mois des protestations et affirmer qu’ils n’abandonneront pas la lutte ; Le 14, rassemblés devant le Consulat britannique une centaine de personnes dont certains brandissaient l’Union Jack, réclamèrent l’annulation des accords sino-britanniques ; le même jour la police fit état de plusieurs alertes à la bombe ;

Le 15, plusieurs centaines de personnes rassemblées à Central apportèrent leur soutien à un mouvement de grève des travailleurs sociaux ; le même jour, allumant des bougies dans le quartier de l’Amirauté, une foule anonyme se recueillit à la mémoire de Marco Leung qui fit une chute mortelle le 15 juin en accrochant des banderoles pour protester contre le décret d’extradition ; A Sha Tin, des « black bloks » masqués vandalisèrent un grand magasin ; le lendemain à Mongkok des manifestants obstruèrent les rues avec des pavés et vandalisèrent des feux de circulation ;

Le 19 décembre, une manifestation autorisée défila de Wan Chai vers 9 différents consulats en rappelant « les 5 requêtes » et la « liberté pour Hong Kong ». La suite fut marquée notamment à Noël et au Jour de l’an par des protestations dans des galeries marchandes et des grands magasins contre les Chinois du Continent.

Le 28 décembre, des échauffourées avec la police dans des grands magasins à Kowloon et à Sheung Shui, à proximité de la frontière chinoise protestèrent contre l’afflux de touristes et de clients venus de Chine. Une quinzaine de personnes ont été arrêtées.

La fin de l’année 2019 a également été marquée par des manifestations sporadiques en faveur de Pékin. Le 3 décembre à Central, quelques dizaines de personnes piétinèrent un drapeau américain et chantèrent l’hymne national chinois ; Le 7 décembre, les pro-Pékin rassemblés à Wan Chai accusèrent les pro-démocrates d’être de violents escrocs ayant manipulé les élections locales du 24 novembre.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Hong-Kong, « Un pays deux systèmes » aux « caractéristiques chinoises. »

Chine-Allemagne : une coopération scientifique revue et encadrée

Pasteur Shanghai. Comment notre gloire nationale a été poussée vers la sortie

A Pékin et Shanghai, les très petits pas de l’apaisement des tensions commerciales

A Hong Kong, la longue rancœur de l’appareil contre Nathan Law