Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

Hong-Kong, bilan et perspectives

La Chine s’apprête à célébrer en grande pompe le 10e anniversaire du retour de Hong Kong sous son contrôle. Les célébrations ont déjà commencé à Pékin où se trouve actuellement le gouverneur Donald Tsang nommé par la Chine en 2005 après la démission de Tung Chee Hwa et reconduit en 2007.

Le 29 juin Donald Tsang retournera à Hong Kong accompagné du Président Hu Jintao qui présidera les cérémonies d’anniversaire du 1er juillet. Le pouvoir chinois met l’accent sur la réussite de la formule « un pays deux systèmes » espérant que ce succès parviendra, dit-on à Pékin, à convaincre Taiwan de sa viabilité.

Il est vrai que la plupart des prévisions très noires des Cassandre ne se sont pas réalisées. Après la crise économique de 1997 et celle du SRAS en 2003, la vitalité et le sérieux de la place financière, combinés à la croissance chinoise, dont Hong Kong - devenue la référence financière et boursière des investisseurs de la Grande Terre - profite à plein, ont permis un impressionnant rebond en 2004.

La croissance au 1er trimestre 2007 a été de 5,6% , après les 6,9% de 2006. Les exportations de HK (dont 48% vont vers la Chine et 13% vers les Etats-Unis) ont continué à croître de plus de 14 % en 2006 et de plus de 8% au 1er trimestre 2007, dans un contexte général où la confiance est revenue et où le taux d’inflation reste faible.

La prospérité ne va pas sans inquiétudes. Les plus prudents notent que Hong Kong dépend de plus en plus de la Chine pour ses exportations et pour sa logistique (ce qui pose la question de la sécurité alimentaire), tandis que la pompe aspirante chinoise attire les délocalisations qui font plâner les risques de chômage, sur fond d’augmentaion des inégalités et de gonflement du nombre des bas salaires. A l’inverse la capacité d’attraction du système social et de santé crée une immigration difficile à contrôler et dont l’ampleur provoque parfois des tensions.

L’heure est cependant aux congratulations qui rappellent que Pékin et Hong Kong ont réussi le pari du retour de la colonie britannique sans heurts majeurs et écarté le spectre d’une crise politique. Le retour de la confiance depuis 2005 succède à une période noire, marquée par la crise économique de 1997, élément déclencheur d’une grave crise politique, à laquelle le pouvoir de Pékin, d’abord désarçonné, à mis fin en 2005.

Initialement considéré comme un homme sûr, Tung Chee Hwa, l’ancien gouverneur, a été pris à contre-pied par l’ampleur de la crise immobilière, dans laquelle une partie des hommes d’affaires avaient perdu plus de la moitié de leurs avoirs. Sa popularité, en forte baisse, a également été mise à mal par la volonté de Pékin - peut-être inquiet des conséquences politiques de la crise - d’introduire au plus vite dans la Loi fondamentale un article (Art 23) très controversé, comportant des paragraphes « anti-subversion » limitant les libertés, le tout accompagné de mesures très impopulaires supprimant certaines émissions de radio à forte audience.

La tâche de Tung Chee Hwa a encore été compliquée par le refus de Pékin de mettre en oeuvre l’article 45 de la loi fondamentale qui prévoyait l’élection au suffrage universel du gouverneur pour 2007 et du conseil législatif pour 2008.

La crise s’est cristallisée à deux reprises le 1er juillet 2003, et dans une moindre mesure une année plus tard (1er juillet 2004) lorsque l’ensemble des symptômes dont souffrait l’ancienne colonie britannique (crise économique, crise du SRAS et crise de confiance politique) on jeté dans la rue plus de 500.000 personnes en 2003 et au moins la moitié en 2004.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La chute de Kaboul vue de Chine

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde