Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Editorial

L’obsédant héritage de Hu Yaobang

Pour le Parti Communiste chinois, le 15 avril est une date sensible, puisqu’elle marque à la fois l’anniversaire du décès du réformateur Hu Yaobang que Deng Xiaoping avait limogé en 1987 et le souvenir de la protestation que sa mort avait déclenchée. Animé à ses débuts par des étudiants, pour la plupart enfants de l’oligarchie au pouvoir, le mouvement se termina par le drame 4 juin 1989.

Après d’intenses luttes de pouvoir internes arbitrées par un Deng vieillissant, au moment même où s’écroulait l’URSS, l’APL, dont certaines unités s’étaient opposées à la loi martiale, ouvrit le feu contre la foule des manifestants rassemblés depuis deux mois sur la place Tian An Men, tuant plusieurs milliers de jeunes gens.

Depuis, la mémoire de Hu Yaobang plane sur les réformateurs du Parti comme le douloureux souvenir d’une occasion manquée, amère réminiscence des espoirs fracassés d’une ouverture politique mort-née.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• Vos commentaires

Par Caligula Le 19/04/2013 à 16h17

L’obsédant héritage de Hu Yaobang.

Article intéressant, cependant je me demande pourquoi - si le régime veut vraiment entamer des réformes - les dirigeants ne s’appuient pas sur l’héritage de Hu Yaobang pour moderniser/réformer la politique ?

Ils auraient, en effet, tout à y gagner. Même si la modernisation n’est que partielle, elle offrirait une porte de sortie digne (enfin, façon de parler) en ce qui concerne Tien An Men, car la tuerie pourra être qualifiée d’erreur d’un autre temps, ou d’autres moeurs.

Je ne sais pas si je me fait bien comprendre, mais disons que pour moi Hu Yaobang et sa vision réformatrice sont comme un étendard que le peuple agite au nom de la réforme ; dans le même temps, le parti pense à se réformer et cherche un porte drapeau...

• À lire dans la même rubrique

Le « Chien de terre » et l’héritage ambigu du Coq. La Chine entre le Droit et l’affirmation culturelle globale

Les chiffres, l’intention politique et le talent de l’habillage

La face cachée des « caractéristiques chinoises ». Nationalisme et vulnérabilités

La puissance explosive des nationalismes chinois et américain

Le grand chassé-croisé sino-américain en Asie. Un apaisement en demi-teinte