Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

La puissante menace régionale des missiles chinois

Crispations nationalistes et gesticulation militaires.

Image d’archives. Tir d’un missile anti-aérien HQ-6 durant un exercice à tir réel près du golfe de Bohai en septembre 2017. Il est remarquable que, cette année, l’APL ait organisé des manœuvres à tir réel presqu’en même temps au nord près du golfe de Bohai, fin juillet et 2 autres au sud dans la région de Zhoushan, dans le Zhejiang (ayant débuté les 10 et 16 août). En ces temps de crispation nationaliste anti-occidentale, il n’est pas anodin de rappeler qu’en 1840 au début de la première guerre de l’opium, c’est précisément l’Île de Zhoushan qui avait subi les premières attaques de la marine britannique.


*

Suggérant, au moins en apparence, une prochaine escalade des tensions, le 27 août, s’adressant d’abord à une audience interne, un éditorial du Global Times, appelait Pékin à « augmenter ses actions en mer de Chine du sud pour, dit l’auteur, mettre fin à l’arrogance de Washington et lui faire comprendre que, si nécessaire, la Chine ne craindrait pas d’entrer en guerre ».

Depuis quelques mois, le Pentagone accentue lui aussi sa présence et ses activités dans la zone, transitant au moins une fois par mois dans le détroit de Taïwan et répétant régulièrement ses missions dites de « liberté de navigation » dans les eaux adjacentes aux ilots élargis de la mer de Chine du sud. Lire : Dialogue de sourds à Singapour.

Le 27 août, le lendemain des tests balistiques, l’Amiral Scott commandant la 3e flotte basée à San Diego, expliquait que les 38 navires de combat et leurs soutiens sous ses ordres continueraient à transiter dans les eaux internationales de la « Zone indo-pacifique » y compris en mer de Chine du sud pour « affirmer la détermination des États-Unis à défendre la liberté de navigation partout où la loi le permet et rassurer leurs alliés ».

Le mois dernier, les porte-avions Nimitz et Ronald Reagan ont conduit des manœuvres en mer de Chine du sud, les premières de ce niveau depuis six ans. Enfin les 25 et 26 août, deux avions de reconnaissance américains ont pénétré dans des zones d’exclusion aérienne au-dessus d’exercices à tir réel de l’APL.

Le premier au nord était un avion espion U2 ayant survolé le golfe de Bohai et la mer jaune où la marine chinoise conduisait des exercices avec ouverture du feu ; le deuxième au sud, était un avion de reconnaissance Boeing RC-135S de la marine.

Entré dans l’espace aérien interdit à partir du détroit de Bashi entre le sud de Taïwan et l’archipel philippin (large de 200 nautiques) il a volé vers les Paracel, puis est ressorti par la même route.

Aux protestations de Pékin qui mettait en garde contre les risques que la défense aérienne chinoise abatte les intrus, le commandement américain de la zone Pacifique a répondu que les vols de reconnaissance obéissaient aux règles internationales de circulation aérienne en vigueur.

Missiles chinois. Permanence du concept, élargissement de la menace.

Missiles DF-15 (M9), lors d’un défilé sur Chang’an. Mis en service opérationnel en 1995, ayant une portée maximum de 700 km, ils ont été tirés dans les parages de Taïwan en 1995 et 1995 pour protester contre l’installation de la démocratie dans l’Île. En 1995, en réaction à une visite de Lee Teng-hui à l’université Cornell où il avait prononcé un discours en faveur de la démocratie et en 1996, suite à l’organisation du scrutin qui l’avait porté à la présidence.


*

La dernière fois que la Chine avait tiré de manière si ostentatoire ses missiles balistiques dont il faut rappeler qu’ils sont l’instrument essentiel de la menace exercée par Pékin sur l’Île de Taïwan pour la dissuader de déclarer l’indépendance, date d’il y a un quart de siècle, lors de la crise avec Taïwan en 1995 et 1996. Il s’agissait de missiles DF-15 ou M9 de 700 km, envoyés depuis des pas de tirs situés au nord de la province de Canton.

A cette époque, limitée au Détroit, la démonstration de force était, du 21 au 26 juillet 1995, une réaction de Pékin au voyage aux États-Unis du Président Lee Teng-hui qui prononça un discours sur la démocratie à l’Université Cornell où il avait étudié dans les années 60.

Du 8 au 15 mars 1996, Pékin, qui tira ses missiles au nord et au sud de l’Île, exprimant une nervosité systémique, réagissait à l’élection du Président Lee Teng-hui au suffrage universel. Peu avant, le bureau Politique avait mis en garde que l’élection à la présidence de Lee Teng-hui signifierait la guerre.

Mais la précision des missiles inertes était aléatoire. L’un d’entre eux avait même été perdu, probablement après l’occultation momentanée par le Pentagone du système de guidage GPS.

En riposte, la Maison Blanche de Clinton avait ordonné le déploiement de deux groupes aéronavals autour des porte-avions Independance et Nimitz. En mars 1996, ce dernier transita dans le Détroit de Taïwan accompagné du bâtiment d’assaut de débarquement Belleau Wood.

*

Cette fois, les missiles DF-21 et DF-26, guidés par le système Beidou et les satellites Yaogan 遥感- télédétection - [1] protégés d’une interférence américaine, sont plus fiables [2], leur portée bien plus longue leur confère une meilleure souplesse d’emploi et, même si leur précision est, en dépit des affirmations chinoises, mal connue, il n’en reste pas moins que la portée des DF-26 couvre la totalité de la mer de Chine.

Cette réalité confère à la dernière série de tests une valeur stratégique régionale. Dans le doute concernant la capacité exacte du système d’armes, elle oblige le Pentagone à reconsidérer l’ensemble de sa posture aéronavale.

Le concept du porte-avions en question.

Le porte-avions nucléaire Carl Vinson mis en service en 1982 en patrouille en mer de Chine du sud avec deux bâtiments de la marine japonaise. En décembre 2018, l’amiral à la retraite Luo Yuan, avait proposé de « couler un ou deux porte-avions américains » pour briser la détermination de Washington et, disait-il, résoudre une fois pour toutes la question de la mer de Chine du sud. Fils de Luo Qingchang, un ancien n°1 des services secrets chinois, purgé par Mao, mais réhabilité grâce à Zhou Enlai, l’amiral Luo, lui aussi victime des soubresauts de la révolution culturelle, est un théoricien pur et dur de la puissance militaire chinoise, professeur à l’Académie des Sciences militaires.


*

Le débat n’est pas nouveau. En 2015, la RAND Corporation avait publié une recherche intitulée « Chinese Threats to U.S. Surface Ships – Menaces chinoises contre les bâtiments de surface américains ».

En substance, la réflexion prenait acte de la menace des missiles pouvant aller jusqu’à 2000 km des côtes chinoises (à l’époque, le rapport ne tenait pas compte des DF-26 pouvant atteindre Guam.) et reconnaissait la nécessité d’accepter des risques opérationnels nouveaux.

La solution d’atténuer les risques en augmentant la distance par rapport aux côtes chinoises créerait cependant une lourdeur logistique et opérationnelle liée à l’augmentation des besoins en carburant pour les aéronefs des porte-avions. Les autres réactions suggérées tenaient à l’amélioration des capacités de détection et de riposte anti-missiles et anti-sous-marine.

Enfin, le rapport évoquait clairement la nécessité d’imaginer d’autres systèmes de forces, moins vulnérables que les porte-avions et plus souples d’emploi.

Au milieu de rivalités entre les partisans des porte-avions et les tenants d’une rupture avec le vieux concept aéronaval datant de la guerre du Pacifique, nombre d’idées surgissent dont l’adoption d’un arsenal de missiles hypersoniques à longue portée, la création d’une flotte de drones armés à long rayon d’action autour d’une marine dotée de navires de combat au tonnage réduit, plus nombreux, plus rapides et moins vulnérables.

Au-dessus de ce débat sur les armes les plus efficaces et l’adoption d’un nouveau concept d’emploi plane cependant toujours l’exigence vitale du contrôle des risques d’escalade face à un adversaire dont la profondeur stratégique et les capacités de riposte sont considérables.

Note(s) :

[1Voir notre article sur les progrès chinois dans le domaine du positionnement spatial : « Beidou » le GPS chinois devient « global ». Dans la panoplie des réseaux satellites chinois les « Yaogan », officiellement satellites d’observation destinés notamment à l’évaluation agricole, à la planification urbaine et à la prévention des désastres météo, sont en réalité aussi des éléments essentiels de la reconnaissance et du renseignement militaire chinois.

Certains sont équipés d’instruments optiques et de système de détection de signaux électromagnétiques. Depuis 2006, plus d’une trentaine de « Yaogan » ont été lancés. Opérant en constellation de plusieurs satellites capables de croiser les données de détection, leur mission de positionnement précise de bâtiments militaires en mouvement est probable.

[2L’estimation de la meilleure précision des missiles est confirmée par un expert du Pentagone ayant constaté que la marine chinoise n’avait pas fait évacuer ses bâtiments de la zone de réceptacle entre Hainan et les Paracels. En revanche, compte tenu des progrès des systèmes de brouillage et de la défense aérienne de l’US Navy, leur capacité à détruire un porte-avions en mouvement reste à démontrer. Il n’en reste pas moins que le doute qui devient un risque, oblige le Pentagone à reconsidérer sa stratégie aéronavale.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

En l’absence de l’Inde, la Chine unique poids lourd du Partenariat Économique Régional

Origine de la pandémie. L’Australie face aux puissantes pressions de Pékin. Quelles perspectives pour une OMS indépendante ?

Cambodge et Zambie. Deux étapes controversées des « Nouvelles Routes de la Soie. »

Le théâtre d’ombres de la 75e Assemblée Générale des NU. Mensonges et durcissement militaire. L’Europe en désarroi

Wang Yi et Yang Jiechi en quête de rédemption diplomatique en Europe