Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

La secousse chinoise. Mythes et réalités

La situation de la Chine et l’ampleur de sa montée en puissance sont bien connues. Son développement pèse sur l’économie mondiale, poussant aux restructurations et délocalisations, tirant durablement vers le bas les salaires et vers le haut le prix des matières premières et de l’énergie. Son dynamisme est aujourd’hui sensible dans de nombreux secteurs, (télécommunications, informatique, multimédias, électroménager, constructions d’infrastructures, bâtiments, pétrochimie et chimie fine). Il s’exprime par le développement conjoint de centres de recherche et développement ou la mise en place de coopérations étroites avec de nombreuses sociétés étrangères (secteur de la chimie fine, des télécommunications, des sytèmes informatiques, de l’aéronautique, de l’automobile etc...).

Ces imbrications industrielles et technologiques, consenties par les Occidentaux dans le but d’avoir un meilleur accès au marché chinois, sont pour la Chine une formidable pompe à technologies et à finances, tandis que la dimension de son marché est de nature à favoriser la création de normes spécifiquement chinoises. La puissance des circuits commerciaux patiemment développés depuis des décénnies par les ambassades et les réseaux de chinois d’outre mer sont à l’origine d’un considérable excédent commercial et de monstrueuses réserves de change, dont le montant approchera le trillion de dollars US d’ici une année.

L’ampleur de ce butin financier n’a d’ailleurs pas que des effets positifs puisqu’elle augmente la pression à la réévaluation du Yuan et pousse, à l’intérieur, en l’absence d’une organisation bancaire indépendante et efficace, à des investissements spéculatifs dangereux (immobiler) et à l’aggravation des surcapacités de l’industrie chinoise dans de nombreux secteurs. Il faut donc s’attendre, dans les années qui viennent, au gonflement des investissements chinois à l’étranger qui cibleront d’autres secteurs que les matières premières et l’énergie. Ce mouvement sera poussé par l’Etat chinois lui-même, désireux d’alléger les tensions sur sa monnaie et d’orienter les capitaux chinois vers des investissements mieux structurés qui échappent à la frénésie du court terme, qui fait actuellement rage en Chine.

Ce courant est déjà amorcé et rares sont les régions du monde qui ne sont pas touchées par la vitalité et parfois l’agressivité de l’économie chinoise, relayée par les réseaux tentaculaires des Chinois d’outre-mer. Dans ce flot de capitaux il faudra distinguer le « bon grain de l’ivraie » et faire la part des opérations de blanchiment d’argent, des évasions fiscales et autres montages destinés à camoufler des détournements d’argent public.

Mais qu’on ne se trompe pas : le dynamisme de l’économie chinoise ne repose pas en priorité sur des capacités d’innovation particulières (depuis les années 90, sur les 273 000 demandes de brevets d’invention, seules 47 000 étaient chinoises et 5876 ont été accordées). Il ne se fonde pas non plus sur l’excellence de son rendement (très faible), ou encore sur la qualité de sa production. Celle-ci est en effet encore médiocre, dans un contexte où Les produits high-tech exportés par la Chine sont à plus de 50% des assemblages d’éléments étrangers importés. Une fracture existe donc entre les meilleures entreprises chinoises et les entrepises high-tech occidentales, japonaises et coréennes. En réalité la Chine n’a pas encore atteint le niveau du Japon des années 70, ni même celui de la Corée des années 90, quand ces deux pays commencèrent à « secréter » des « champions nationaux » capables d’affronter la compétition internationale avec un marché, une marque et un réseau de vente de qualité internationale.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La chute de Kaboul vue de Chine

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde