Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

La secousse chinoise. Mythes et réalités

Au fond, la Chine souffre d’un contradiction majeure : ayant réussi, à force de statistiques impressionnantes - parfois orientées ou incomplètes et souvent mal analysées -, à donner d’elle-même une image de puissance irrésistible, elle prend aujourd’hui conscience que sa dimension, sa démographie, ses appétits commerciaux et énergétiques risquent d’être perçus, au mieux comme un facteur de déséquilibre, au pire comme une menace.

Pour compenser ce handicap, elle conduit une politique étrangère très appliquée et d’une extrême prudence, marquée par des efforts soutenus pour : 1) ménager ses relations avec Washington, qui l’accuse de ne rien faire pour réduire le déficit commercial, mais dont elle est devenue le banquier ; 2) mettre sous le boisseau les crispations de la question taiwanaise. Cette placidité n’empêche pas que la modernisation de l’armée chinoise soit essentiellement articulée autour de l’hypothèse aujourd’hui assez improbable d’une action armée contre Taiwan en cas de déclaration d’indépendance ; 3) participer de son mieux à la lutte contre la prolifération en dépit de ses connivences historiques avec Pyongyang et de ses intérêts économiques avec Téhéran.

Ailleurs ses relations extérieures sont presque toujours calibrées autour de ses intérêts économiques ou/et de la nécessité de faire contrepoids à l’influence de Washington, devenu l’axe central de sa politique extérieure, perçu à la fois, comme un modèle, un rival ou une menace. En retour, les Etats-Unis commencent volens nolens à reconnaître à la Chine une pertinence stratégique globale en l’accueillant dans le club restreint des « co-gestionnaires responsables » de la planète. Mais aujourd’hui plus qu’à son influence stratégique, c’est bien grâce à sa dimension, au poids de sa démographie, à la « vitalité du nombre », au caractère démesuré de ses appétits, que l’Empire du Milieu réintègre peu à peu une position centrale.

En même temps, sa croissance, redevenue un élément capital des équilibres économiques et écologiques du monde, pose d’ores et déjà de nombreuses interrogations de portée globale. Il est en effet devenu évident que le modèle de développement qu’elle poursuit, calqué, quoi qu’elle en dise, sur celui des pays développés occidentaux qui spécule sur la hausse ininterrompue de la consommation, pèsera très vite de manière insupportable sur l’environnement et les ressources.

Ces réalités, qui mettent à jour les contradictions et les risques des actuels modèles de développement de la planète, recèlent d’importants facteurs de tensions.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

« Evergrande », le spectre d’un effet domino

IRSEM. Un rapport foisonnant sur l’ampleur protéiforme des stratégies d’influence de Pékin

La chute de Kaboul vue de Chine

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire