Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure

A la faveur de la pandémie, le Parti accélère la normalisation de Hong Kong

L’aggravation soudaine de la pandémie qui à ses débuts en décembre 2019 – janvier 2020 avait mis à jour les dysfonctionnements de l’appareil, est aujourd’hui l’occasion d’accélérer la mise aux normes politiques de la R.A.S. Prévues pour le 6 septembre, les législatives où l’opposition pouvait espérer de solides progrès, ont été reportées en 2021. La décision d’annulation a été prise après la disqualification électorale de douze candidats démocrates.

C’est peu dire que l’opposition traditionnelle est en désarroi prise entre l’enclume de l’inflexible raidissement chinois et les attentes d’un électorat subjugué par les ardeurs révolutionnaires des radicaux eux-mêmes poussés hors du jeu politique par la répression.


*

Pékin a récemment poursuivi la mise aux normes de la Région Administrative Spéciale de Hong Kong.

Ayant disqualifié une douzaine de candidats de l’opposition démocrate de la compétition électorale des prochaines législatives prévues le 6 septembre, - pas uniquement des jeunes radicaux prêts à en découdre dans la rue, mais également des vétérans, certains d’entre eux ayant la réputation d’être des modérés -, Pékin a décidé, suivie par Carrie Lam, d’annuler purement et simplement le scrutin, reporté d’une année.

Après ce qui s’apparente à une « purge » infligée aux démocrates, l’annulation du scrutin supprime l’incertitude, principal aléa des systèmes démocratiques et bête noire des dictatures.

L’opposition s’insurge. La sérieuse défaite des conseillers de district pro-Pékin aux élections locales de novembre dernier faisait en effet miroiter l’espoir d’une majorité absolue (35 sièges +1) au mini-parlement de Hong Kong. Il reste que si certains voient dans la décision de report une manœuvre politique, l’argument de santé publique est bel et bien recevable.

Entre la mi-juillet et le 2 août le nombre de décès a été multiplié par 5, passant de 7 à 35. Ce qui fait dire à Carrie Lam que l’épidémie est entrée dans la phase la plus sévère depuis janvier. Pour elle, « le scrutin qui entraînerait des rassemblements de foules poserait une menace pour la santé des Hongkongais. »

Sur le fond l’épisode où on voit que la pandémie qui, à son déclenchement, avait relevé les dysfonctionnements de l’appareil politique chinois (lire : Covid-19 : La démocratie, l’efficacité politique et l’attente des peuples.), est, par sa soudaine aggravation dans la R.A.S, devenue le principal adjuvant de sa normalisation.

*

Après un essai prospectif évaluant l’avenir, pour l’instant bien sombre des démocrates à Hong Kong, l’analyse qui suit revient sur les armatures de la pensée politique chinoise plaçant la souveraineté nationale au-dessus de toute autre considération, y compris celle de la volonté des peuples et du droit international.

L’opposition en plein désarroi.

Six membres du parti des droits civiques 公民黨 Gong Min Dang) pourtant considérés comme modérés et capables de compromis, disqualifiés pour le scrutin des législatives ont tenu une conférence de presse le 30 juillet. De droite à gauche Tat Cheng, Denis Kwok, Alan leong, Alvin Yeung, Kwok Ka-ki et Jeremy Tam. Les coups de boutoir contre l’opposition s’étaient déjà traduits le 18 avril dernier par l’arrestation de 15 membre de la mouvance démocrate. Lire : A Hong Kong, profitant de la pandémie, Pékin fait arrêter 15 membres de l’opposition.


*

Dans un article publié le 4 août dernier dans Foreign Affairs, Brian Wong, progressiste, observateur des systèmes autocrates et spécialiste de l’Asie, actuellement étudiant en sciences politiques à Oxford, relevait qu’après une période d’euphorie, la mouvance démocrate était en plein désarroi.

Fracturée entre les plus anciens jugés indécis et trop prudents et les radicaux prêts à en découdre véhiculant une pensée séparatiste, elle a semblé, au moins en apparence, ressoudée après le succès des élections locales en novembre 2019.

La réalité est tout autre. Avec 12 candidats démocrates disqualifiés le 30 juillet pour s’être opposés à la Loi sur la sécurité nationale (d’autres pourraient encore être ajoutés à la liste des proscrits), l’opposition est en lambeaux.

A en croire les résultats des primaires organisées les 11 et 12 juillet derniers, même les candidats « radicaux » - y compris ceux ayant exprimé leur soutien au sécessionnisme – avaient gagné en popularité, avec des candidats tels que Sunny Cheung et Joshua Wong devançant les plus modérées dans les circonscriptions de Kowloon Ouest et Est.

Ces derniers ont clairement dépassé l’ancienne mouvance dont les préoccupations sociales et redistributives furent sans équivoque débordées par une rhétorique plus manifestement anti-chinoise. Conséquence, dominé par l’intrusion brutale de Pékin poussant, par la répression, les radicaux hors du jeu politique, en fuite ou disqualifiés, le paysage de la R.A.S a perdu sa fluidité.

Voilà en effet les démocrates traditionnels, désormais coincés entre l’enclume des lignes rouges tracées par la Loi sur la sécurité nationale et le marteau d’un soutien populaire qui leur échappe au profit des jeunes loups, eux-mêmes confrontés au choix binaire de rentrer dans le rang ou de passer dans la clandestinité.

C’est peu dire qu’après la charge sans nuance lancée par le Parti alarmé par le surgissement d’une mouvance politique de rupture, l’opposition traditionnelle doit puiser dans ses ressources de pragmatisme pour rester la tête hors de l’eau.

Désormais privée d’élections jusqu’en 2021, les démocrates doivent en effet naviguer entre l’exigence de s’opposer sans le secours d’un scrutin, le risque d’être accusés par leurs électeurs d’abandonner en rase campagne leurs idéaux de liberté et la difficile tâche de les promouvoir malgré tout, dans un environnement soudain devenu hostile, essentiellement nourri d’une philosophie politique radicalement opposée au libéralisme démocratique.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti

De Deng Xiaoping à Hua Guofeng, l’itinéraire d’un despote

Les nouveaux « légistes » et l’idéal démocratique

Hong Kong mis aux normes. Réflexion sur la portée et la fragilité des systèmes démocratiques

Les vœux de Xi Jinping, à sa gloire, au peuple et à la Nation