Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

Le rêve céleste des Africains

Que fait la Chine en Afrique ? s’interrogent doctement les experts et les « think tanks », attentifs à la débauche d’énergie et de moyens déployée par Pékin ces derniers temps en direction du Continent noir.La réponse est on ne peut plus simple : Ayant aujourd’hui de gros moyens, en même temps que de gros besoins, profitant du vide laissé par l’Occident désabusé, elle y développe son influence stratégique et économique, tout en s’efforçant d’isoler Taiwan (qui n’est plus reconnu que par 5 pays africains) ; elle y fait des affaires de toutes sortes, surtout avec les gouvernements, se spécialisant souvent dans les travaux d’infrastructures ; elle y développe un marché de plus en plus large pour ses produits toujours moins chers, y compris les équipements militaires et les armes et, bien sûr, elle y exploite les ressources à son profit, en sécurisant ses approvisionnements en énergie, notamment en pétrole.

Comment s’y prend-elle ? A sa manière : en cassant les prix, pour conquérir des positions privilégiées et des concessions d’exploitation diverses (forêts, centrales électriques, zones de pêche), avec parfois des avantages importants obtenus par d’incessants marchandages, assortis de promesses de moratoires sur les dettes. Le tout accompagné d’une riche panoplie d’aide humanitaire, de stages et de formations, tous frais payés pour - entre autres - les fonctionnaires, les diplomates, les militaires et les médecins. Cet élan est gentiment enrobé dans un discours rassurant sur la « coexistence pacifique entre les Etats », le « respect mutuel et la non-ingérence ». Inutile de dire que ce langage, qui s’accompagne d’une aide substantielle, plaît beaucoup. En particulier quand on le compare à celui des anciens pays colonisateurs, ou à celui de la Banque Mondiale et du FMI qui attribuent leurs aides au compte-gouttes, en fonction du critère de bonne gouvernance, à la mode depuis une quinzaine d’années.

Comment est perçue la Chine en Afrique ? Mais en général très bien, surtout par les élites, -dictateurs ou démocrates confondus-, qui voient dans ce partenaire nouveau un modèle de développement réussi, dont les politiques commerciales sont moins pesantes que celles des pays occidentaux, qui pratique des prix incomparablement plus bas et n’assortit ses aides d’aucune contrainte politique. Les enquêtes d’opinion auprès des élites africaines et de la population montrent que 62% des sondés pensent que la Chine joue un rôle très positif dans le monde et que les pays africains ont beaucoup à apprendre du modèle de développement qu’elle propose.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde

François Heisbourg : Le mystère non résolu de l’origine de la pandémie à Wuhan

« Renverser ciel et terre » Une plongée saisissante dans la tragédie de la révolution culturelle