Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Les difficultés du rééquilibrage social

Sécurité alimentaire.

L’affaire du lait en poudre pour bébé en 2008 (50 000 hospitalisations et au moins 20 décès d’enfant pour insuffisance rénale ou malnutrition) a laissé des traces et provoqué un engouement pour le lait de Hong Kong ou importé. Au point que des quotas ont été instaurés par les Pays-Bas, la Nouvelle Zélande et l’Allemagne, pour limiter les achats chinois, tandis que depuis le 1er mars 2013, Hong Kong inflige 500 000 HK $ (50 000 €) et 2 ans de prison à ceux qui tentent de passer en Chine avec plus de 2 boîtes de lait en poudre pour bébé.

Le moins qu’on puisse dire est que les sentences impitoyables prononcées par la justice chinoise (21 condamnations, dont 3 exécutions capitales et une condamnation à perpétuité pour Tian Wenhua, la PDG de Sanlu), à grands renforts de publicité assortie de campagnes d’éducation, n’ont pas rétabli la confiance ni mis un terme aux fraudes. Selon les statistiques du ministère de la santé, rappelées par le Bulletin en 2012, 174 cas d’intoxication alimentaire collective ont frappé 6685 personnes et provoqué 146 décès.

La réaction des pouvoirs publics est à l’œuvre depuis juillet 2012, avec la préparation d’un plan de surveillance renforcée pour 2015, prévoyant d’augmenter massivement les contrôles qui passeront de 124 000 par an, à près de 3 millions, tandis que le système de traçabilité électronique des produits alimentaires sera étendu à toutes les villes de plus de 1 million d’habitants.

En mars 2013, lors de la 12e ANP, le gouvernement a annoncé le regroupement du dispositif de contrôle des produits alimentaires et des médicaments au sein d’une seule et nouvelle administration, dont les pouvoirs ont été élargis.

Elle remplace l’ancien « bureau national de gestion des produits pharmaceutiques et alimentaires », dont on se souvient que le chef, Zheng Xiaoyu, avait été exécuté le 10 avril 2007 pour avoir accepté des pots de vin en échange de certificats de conformité sanitaire.

Mais la persistance des fraudes suggère que l’amélioration de la situation dépend peut-être moins de la férocité des condamnations que de la fréquence et de la qualité des contrôles, encore handicapée par la connivence corrompue des administrations.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Confinement strict à Xi’an. Les responsable sanctionnés

Vaccination et stratégie du « zéro covid ». De la virologie à la propagande politique

« The Red roulette », une plongée intime et familiale dans le sulfureux mélange des affaires et de la politique

L’heure est à la frugalité

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique