Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Taiwan

Tempête existentielle au parti indépendantiste

• Coopération militaire avec Singapour.

Le 27 février dernier, le ministère de la Défense taïwanais démentait une information parue dans le United Daily News en langue chinoise, selon laquelle le gouvernement singapourien avait mis fin à la coopération militaire avec Taïwan en représailles contre la trop grande publicité donnée par les médias taïwanais à une visite du ministre de la défense de Taipei à Singapour.

La rumeur fait suite à un autre selon laquelle Vanessa Shih, ambassadeur officieuse de Taïwan à Singapour avait été rappelée pour avoir relevé ostensiblement le profil de son poste dans la Cité Etat, chantant l’hymne Taïwanais et décorant ses réceptions de l’emblème national de la République de Chine.

Cette succession d’incidents, qui s’ajoutent à d’autres, comme celui de la récente interdiction d’entrée à Cuba de Chen Chu, suite à sa nomination comme présidente intérimaire du DPP, soulignent la misère diplomatique de l’Ile dont la marge de manœuvre à l’extérieur est sévèrement réduite par les pressions de Pékin et par celles des pays qui acceptent d’y céder.

• Forum de Bo’ao.

Le vice président taïwanais Wu Den-yih assistera au forum de Bo’ao sur l’Ile de Hainan en avril prochain. Mais il n’est invité par le bureau des affaires taïwanaises qu’en sa capacité de premier consultant de la Fondation pour le développement du commerce dans le Détroit.

Le dernier visiteur du forum de Bo’ao à ce niveau hiérarchique fut Vincent Siew en 2008. Vice-président, il n’avait également été invité que comme consultant de la Fondation. Son passage à Hainan lui avait cependant permis de rencontrer le président Hu Jintao.

Dans le même temps, un porte parole du DDP a condamné le sectarisme de Pékin qui refuse d’accorder l’autorisation d’entrée au forum de Bo’ao à plusieurs médias taïwanais.

• Economie. Relations avec la Chine.

Depuis 2008 les échanges avec la Chine ont augmenté de près de 25% passant de 145 à 185 mds de $. Mais des craintes apparaissent, liées aux conditions politiques que la Chine pourrait poser et aux facilités accordées aux investissements chinois dans l’Ile, comme par exemple dans le marché immobilier.

Pour beaucoup d’experts, Taipei doit tenter de diversifier ses coopérations économiques avec d’autres régions de la planète, notamment l’ASEAN, les Etats-Unis, le Japon et l’UE. Dans cette entreprise les négociateurs taïwanais seront gênés par les réticences de la Chine, inquiète d’un rehaussement du statut internationale de l’Ile.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Chine – Taïwan – Etats-Unis, sérieux orages en vue

« L’incident du Vendémiaire », une fébrilité chinoise

Le « Taïwan Relations Act » et les illusions du statu-quo

Les défis de l’obsession réunificatrice

Tsai Ing-wen à la peine. Sous la vigilance de Pékin, le paysage démocratique de l’Île évolue