Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Lectures et opinions

L’Iran et la dissuasion nucléaire

La situation autour de la question iranienne est caractérisée par sept faits :

1.- L’agressivité de l’Iran vis à vis de l’extérieur marquée par des déclarations inacceptables pour un chef d’état en exercice (notamment contre Israël et les Juifs). Le discours est en partie à usage interne et traduit nettement la volonté de Téhéran d’apparaître à nouveau comme une pièce maîtresse de la situation au Moyen Orient, face au conflit palestinien et contre les régimes contestés par les peuples plus ou moins manipulés par les fractions islamisées (Arabie Saoudite, Egypte, Pakistan, Jordanie).

2.- L’ambiguité de Téhéran sur son programme nucléaire, qui recèle d’importants indices de dérive militaire et dont les experts pensent qu’il pourrait arriver à maturité entre 2008 et 2010.

3.- Le durcissement de la position européene, suite à l’échec des efforts de conciliation de « l’UE-3 » (France, GB et Allemagne), qui, en février 2005, se sont sentis floués par le brutal virage de l’Iran désavouant ses promesses faites quelques mois plus tôt (novembre 2004) par lesquelles Téhéran s’engageait à suspendre ses activités d’enrichissement et à travailler en transparence avec l’AIEA.

4.- Une série de provocations iraniennes (désaveu des promesses de février 2005, annonce de la reprise des activités de transformation d’uranium - 8 août 2005 -, levée des scellés de plusieurs centres de recherches, dont celui de l’usine de Natanz - 4 février 2006 -), entraînant une montée des tensions et le transfert du dossier au Conseil de sécurité, tandis que Téhéran faisait justement valoir que le TNP, dont il est membre, l’autorisait à développer la filière complète du nucléaire civil.

5.- Le raidissement de Washington, marqué d’une part par le récent refus de la Maison Blanche de considérer une longue lettre adressée à Bush par son homologue iranien et d’autre part une rhétorique voisine de celle de la montée des tensions autour de la question irakienne (évocation insistante de l’article 7 de la Charte des N.U., pente naturelle vers les sanctions économiques, et l’options militaire). Le tout au milieu de bruits, d’abord confirmés puis démentis, indiquant que les Etats-Unis engagereaient des pourpalers avec Téhéran sur la situation en Irak.

6.- Des menaces graves sur la pérennité du système de non prolifération et du TNP qui ne survivrait pas à une nucléarisation de l’Iran, d’autant que le traité apparaît de plus en plus pour ce qu’il est : d’une part très inégalitaire, du fait de la nucléarisation d’Israël, qui bénéficie de l’accord tacite des grandes puissances et d’autre part fragilisé par la signature d’accords commerciaux de coopération nucléaire civile entre les Etats-Unis - non encore ratifiés par le Congrès - et l’Inde, lui-même état transgresseur.

7.- De profondes méfiances réciproques, en partie héritées du passé (interventionnisme US contre l’Iran avec le renversement de Mossadegh et le soutien du régime mégalomane du Shah, soutien à Saddam Hussein contre Téhéran- auquel la France a participé - séquestration de diplomates américains dans l’Ambassade US à Téhéran, soutien de Téhéran au terrorisme au Moyen Orient et dans le monde). Méfiances encore aggravées par les blessures d’amour propre nationaliste du peuple iranien, habilement entretenues par l’actuel pouvoir.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

La chute de Kaboul vue de Chine

« Un complot contre la Chine ? Comment Pékin voit le nouveau consensus de Washington ». Par Wang Jisi

Washington lâche la bride à Nord Stream 2. La Chine en ligne de mire

Qu’en est-il du « piège » chinois de la dette ?

Du côté de « l’Indopacifique », la mauvaise santé économique de l’Inde