Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Retour sur la situation au Xinjiang

Mis à jour le 1er août 2011

Deux années après les émeutes sanglantes de juillet 2009, la grande province de l’extrême ouest chinois revient sur le devant de la scène sur fond de tensions inter ethniques aggravées par le sentiment d’une irrépressible fracture culturelle et la crainte d’un dérapage irrédentiste attisé par l’Islam radical.

Comme en juillet 2009, les informations sur les causes directes des heurts sont imprécises. Mais alors qu’il y a deux années les circonstances des émeutes avaient été assez bien documentées, cette fois elles restent floues et les versions divergent selon les sources.

Versions divergentes.

Selon la police de Hotan, localité située à 900 km au sud-ouest d’Urumqi et à quelques 120 km au nord de la province contestée de l’Aksaï Chin, le 18 juillet dernier, 14 « voyous » de l’ethnie Ouïghour, qui faisaient partie d’un groupe de 18 assaillants d’un poste de police du district, ont été tués au cours de la riposte des forces de l’ordre, et après qu’un garde de sécurité ait été poignardé par les assaillants à l’entrée du poste.

Mais le Congrès Mondial des Ouïghours fondé en 2004 à Munich et dirigé depuis 2006 par Rebiya Kadeer riche femme d’affaires Ouïghour et ancienne membre de l’ANP, aujourd’hui en exil aux Etats-Unis, conteste cette version.

S’appuyant sur des témoignages de la population locale, il indique que les échanges de coups de feu mortels ne se seraient pas déroulés au poste de police, mais au bazar de Hotan tout proche, où une centaine de manifestants ouïghours protestaient contre les descentes de police et les arrestations indiscriminées menées dans la zone par les forces de l’ordre depuis le début du mois de juillet.

Les mêmes sources affirment qu’au moins 20 manifestants auraient été tués et que 12 autres, parmi lesquelles une enfant de 11 ans, seraient hospitalisés. 70 autres manifestants auraient été arrêtés. Depuis, la police aurait fermé les accès à la ville de Hotan, tandis que la navigation internet sur le sujet est bloquée en Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs