Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Coup de projecteur sur le futur pouvoir central chinois. 2e Partie

Liu Yunshan 劉雲山. L’apparatchik de la propagande.

Agé de 65 ans, Liu est membre Comité Central depuis 1997, du Bureau Politique et de son secrétariat, depuis 2002. Depuis cette date, il est également Directeur de la propagande. Contrairement à beaucoup de ses pairs, il n’a jamais dirigé une province.

Etudes et carrière.

Né en 1947, à Xinzhou dans le Shanxi, non loin de la capitale Taiyuan, à 400 km au Sud-ouest de Pékin, Liu est entré au Parti à 26 ans et a gravi les échelons de la bureaucratie en Mongolie intérieure, en démarrant comme instituteur dans l’arrière pays à 19 ans, en même temps qu’il bénéficiait d’une formation de professeur à l’Ecole normale de Jining (Mongolie Intérieure).

Durant la Révolution culturelle il a subi comme toute sa génération une année de rééducation à la campagne (1968 – 1969). En 1975, Liu entre à l’agence Xinhua comme journaliste, puis chef de bureau, avant de devenir vice-secrétaire du Parti à la Ligue de la Jeunesse de Mongolie Intérieure (1997 – 2002).

A 39 ans, il est chef de la propagande de la province. Après divers postes dans le secteur de la propagande, puis comme secrétaire du Parti de Chifeng, près de la frontière du Liaoning, il accède en 1992 au rang de n°2 de la Région autonome de Mongolie intérieure. Il à 47 ans. Pendant cette période, il bénéficie également de cours de gestion par correspondance de l’Ecole du Centrale du Parti.

A partir de 1993, sa carrière se poursuit à Pékin, au Département de la propagande, dont il prend la tête en 2002, après en avoir été le n°2 pendant près de 10 ans. Au cours de cette période il a également été placé à la tête de la Commission pour la « promotion de la civilisation spirituelle » (1989 – 1992).

Racines familiales, réseau et convictions politiques.

La Mongolie Intérieure et la Ligue de la jeunesse où il développa des liens avec Hu Jintao, sont les bases politiques de Liu. Par le mariage de son fils, Liu Lefei - administrateur d’un fonds d’investissements privés de la CITIC - il est également lié à Jia Chunwang, ancien de la Ligue de la Jeunesse, ancien ministre de la sécurité d’état et de la sécurité publique à la longévité exceptionnelle (1985 – 2002), puis président de la Cour suprême (2003 – 2008).

Compte tenu de sa trajectoire de spécialiste incontesté de la propagande et de son ancienneté au Bureau Politique, Liu est assuré d’entrer en Comité Permanent, sous réserve que les tractations politiques en cours ne réduisent pas le nombre des membres à 7. Il y remplacerait Li Changchun à la propagande.

Plus que ce dernier, qui n’était pas un expert de la propagande mais avait accédé au Comité Permanent dans le sillage de Jiang Zemin, Liu pourrait accentuer et formaliser le travail idéologique et créer une filière de la propagande au sein du Parti pouvant conduire jusqu’au pouvoir suprême, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Ses convictions politiques sont héritées des habitudes de contrôle et de la manipulation de la pensée et de la mise sous le boisseau des médias. Elles sont l’opposé de celles de Wang Yang.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Lu Shaye, nouvel Ambassadeur de Chine à Paris fustige les médias français. Regards sur la rigidité du pouvoir chinois

Hong Kong, rappels historiques et essai de perspective

Quand Xi Jinping visite Pyongyang, Trump arpente Panmunjom avec Kim

Mission de QuestionChine en Corée du Nord

Toulouse Blagnac. Une faillite française (suite)