Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Coup de projecteur sur le futur pouvoir central chinois. 2e Partie

Zhang Gaoli 張高麗. Economiste, pragmatique et discret

A 66 ans, Zhang est membre du Comité Central depuis 2002, Secrétaire du Parti de Tianjin et membre du Bureau Politique depuis 2007. Il possède l’expérience de 3 postes de Secrétaire Général importants, à Shenzhen, au Shandong et à Tianjin.

Etudes et carrière.

Né en 1946 à Jinjiang dans le Fujian, Zhang a rejoint le Parti à 27 ans. Diplômé de sciences statistiques de l’Université de Xiamen, il commence une carrière dans l’industrie pétrolière au Groupe pétrolier Maoming de Canton de 1970 à 1985. Après quoi, en 1985, à 39 ans, il est nommé à la tête de la Commission économique de la province de Canton.

Trois plus tard, il est gouverneur de Canton, poste qu’il occupe jusqu’en 1997, avant de prendre les fonctions de Secrétaire du Parti de Shenzhen, où il exerce jusqu’en 2001. A 55 ans, il devient gouverneur du Shandong, puis Secrétaire Général, poste qu’il occupe jusqu’en 2007 avant d’être muté à la tête de la municipalité autonome de Tianjin.

Racines familiales, réseau et convictions politiques.

La carrière rapide, sans histoire ni aspérités de Zhang est largement due à l’appui de Zeng Qinghong qui l’a promu au Shandong alors qu’il dirigeait le Département de l’organisation du Parti en 2001. Zhang a épousé une de ses collègues étudiantes de Xiamen, dont il a eu une fille, elle-même mariée à un riche homme d’affaires de Hong Kong.

La filiation politique du n°1 de Tianjin est clairement celle de la mouvance Jiang Zemin, Zhu Rongji, qu’ont dit « élitiste » et représentative de la côte Est. Elle est réformatrice selon les termes de l’économie de marché, mais peu impliquée dans la réforme politique. Lorsqu’il était Secrétaire Général de Shenzhen, Zhang s’était appliqué à faire de la RAS une vitrine de la politique de Jiang axée sur les progrès économiques, la gestion de l’urbanisation galopante et l’intégration au Parti des hommes d’affaires capitalistes, selon la théorie dite des « Trois représentativités ».

Discret, s’exprimant rarement, attentif aux exigences du Parti, loyal et sans histoires, Zhang constitue un archétype du bureaucrate rassurant, prisé par le régime. Ces qualités lui ouvriront presque certainement les portes du Comité Permanent. Comme la génération des plus de 65 ans, tels Wang Qishan, Liu Yunshan, Liu Yandong, Zhang Dejiang, Yu Zhengsheng (voir ci-après), il n’y siègera cependant que le temps d’un Congrès. La présence de ces anciens qui atteindront la limite d’âge en 2017, retardera d’autant l’accession au pouvoir des plus jeunes.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs