Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Coup de projecteur sur le futur pouvoir central chinois. 2e Partie

Yu Zhengsheng 俞正聲. L’ingénieur à l’histoire familiale sulfureuse.

Agé de 67 ans, Yu est au Comité Central depuis 1997, membre du Bureau Politique depuis 2002, et Secrétaire du Parti de Shanghai depuis 2007. Siégeant au BP depuis 2 Congrès, Yu est qualifié pour entrer au Comité Permanent. Il bénéficie aussi d’appuis politiques importants. Mais ses connexions familiales liées à l’histoire tourmentée de la Chine, à la fois avec Chiang Kai-shek et avec la dernière épouse de Mao, l’implication de son frère dans une des plus sulfureuses affaires d’espionnage de l’histoire de la Chine, et des accusations de corruption créent quelques vulnérabilités qui pourraient handicaper sa promotion.

Etudes et carrière.

Né en 1945 à Shaoxing dans le Zhejiang, Yu est entré au Parti à l’âge de 19 ans, alors qu’il étudiait le contrôle et le guidage des missiles balistiques à l’institut technologique de Harbin. Doué pour la technique, il travaille d’abord comme ingénieur dans des usines de production d’appareils radio dans le Hebei, avant d’intégrer, en 1975, l’institut national pour la recherche électronique appliquée, où il gravit les échelons hiérarchiques jusqu’au poste de Directeur adjoint (1982). Il a lors 37 ans.

Il est ensuite promu à la direction du Département de microélectronique du Ministère de l’Industrie avant d’être muté au Shandong, où il séjournera 12 années (1985 – 1997), pendant lesquelles il tient successivement les postes de Secrétaire du Parti de Yantai et maire, puis SG de Qingdao. De 1997 à 2001, il est vice-ministre, puis ministre de la construction dans le gouvernement de Zhu Rongji.

Racines familiales, réseau et convictions politiques.

Yu est, par sa famille, directement connecté à l’histoire tourmentée de la Chine post-dynastique. Son père Yu Qiwei, aussi connu sous le nom de Huang Jing, secrétaire du parti de Tianjin au début des années 50, était le premier mari de Jiang Qing, la dernière épouse de Mao, tandis que le frère de son grand-père, Yu Dawei , oncle de Huang Jing, avait été l’un des ministres de la défense de Chiang Kai-shek.

Son frère Yu Qiangsheng, Chef de bureau à la sécurité d’Etat fut l’un des plus emblématiques transfuges vers les Etats-Unis en 1985. Sa défection avait permis de mettre à jour l’agent double Larry Chin Wu-tai, membre de la CIA qui se suicida en prison. Selon la rumeur, Yu Qiangsheng aurait été assassiné par des agents chinois sur une plage en Amérique Latine.

Yu, dont les handicaps ont été exposés plus haut, dispose aussi de puissants appuis politiques qui plongent leurs racines dans la mouvance de la famille Deng Xiaoping quand il travaillait au fond de soutien aux handicapés de Deng Pufang, au milieu des années 80 et jusqu’à Jiang Zemin, alors ministre de l’Industrie quand Yu y dirigeait le département d’électronique. Par sa femme, Zhang Zhikai, fille d’un général, qui fut n°2 du département général logistique, il est également lié à l’APL.

Dénonçant la corruption – dont il est cependant lui-même accusé -, il prône l’harmonie sociale et le renforcement de l’état de droit. Mais il n’a jamais rien proposé allant dans le sens de plus d’indépendance du système judiciaire et des assemblées.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten

Covid-19 – Wuhan. L’OMS a rendu son rapport. Satisfait, Pékin invite à regarder ailleurs