Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chronique

Coup de projecteur sur le futur pouvoir central chinois. 2e Partie

Liu Yandong 劉延東. La sociologue, femme d’appareil, experte du Front Uni.

67 ans, Membre du Comité Central depuis 2002 et du Bureau Politique depuis 2007, Conseiller d’Etat (2007). Vice-présidente de la Conférence Consultative du Peuple Chinois (CCPC) de 2002 à 2008. Liu Yandong n’a jamais été à la tête d’une province ou même d’une municipalité. Toute sa carrière politique s’est déroulée à Pékin.

Etudes et carrière.

Née en 1945 à Nantong dans le Jiangsu, Liu est entrée au Parti à 19 ans, alors qu’elle suivait des études d’ingénieur chimiste à Qinghua. Elle a ensuite travaillé à l’usine chimique de Tangshan dans le Hebei de 1970 à 1972, puis au centre d’expérimentation chimique de Pékin au cours des deux années suivantes, pendant lesquelles elle assumait également les fonctions de commissaire politique de son unité de travail.

En 1980, elle est promue cadre au département de l’organisation du Parti de la ville de Pékin, puis n°2 du comité politique du quartier de Chaoyang dans l’est de Pékin. En 1982 elle assume les fonctions de vice-présidente de la Ligue Nationale de Jeunesse. Poste qu’elle occupe pendant 9 ans.

En 1991, elle rejoint le département du Front Uni, où elle est promue vice-secrétaire général, poste qu’elle occupera jusqu’en 1998, avant de prendre la direction du Front de 2002 à 2007, en même temps qu’elle est nommée Commissaire Politique de l’Institut Central du Socialisme, au sein la Conférence Consultative du Peuple Chinois, ce qui lui permet d’entrer dans la 2e grande assemblée du pays, dont elle assurera la vice-présidence de 2003 à 2008. Durant toute cette période, elle poursuit des études à temps partiel et obtient une licence de sociologie à l’Université de Pékin et un doctorat en droit à l’Université de Jilin.

Racines familiales, réseau et convictions politiques.

Par sa famille et sa carrière Liu a réussi à se mettre sous la coupe des clans souvent concurrents et placés sous l’influence de Jiang Zemin, Zeng Qinghong et Hu Jintao. Son père Liu Ruilong, ancien vice-ministre de l’agriculture avait facilité l’entrée au Parti du père de Jiang Zemin.

Elle-même et Zeng Qinghong fréquentaient dans les années 50 le même jardin d’enfants à Shanghai, dirigé par la mère de Zeng Qinghong, quand son père Liu Ruilong était chef de cabinet de la mairie de Shanghai et que le père de Zeng en était le vice maire. Enfin, la proximité de Liu Yandong avec Hu Jintao remonte à la Ligue de la Jeunesse quand tous deux y étaient conseillers politiques. Plus tard, elle fut l’adjoint de Hu quand ce dernier a été nommé Secrétaire Général de la Ligue.

Liu est mariée à Yan Yuanxing, Président de la China Southern Commerce & Technology Group. Leur fille, Yang Fan, travaille pour une société commerciale à Hong Kong.

Toute la carrière de Liu qui assuma systématiquement des postes de second, est marquée à la fois par sa discrétion, sa modestie, son extrême loyauté au Parti, son art du compromis et ses capacités de persuasion.

Récemment elle a été placée sur le devant de la scène par les médias, lorsqu’au printemps 2012 elle fut chargée de la délicate mission – dont elle s’est acquitté au cours d’un bref voyage à Shenzhen - de convaincre les hommes d’affaires de Hong Kong membres du Conseil Législatif de renoncer à élire leur candidat favori, le très impopulaire Henry Tang, affaibli par un scandale immobilier et une intrigue d’adultère, et de porter leur choix sur Leung Chun-ying, qu’ils connaissaient mal et dont ils se méfiaient.

Note sur le Front Uni. 中共中央统战部 Zhong Gong Zhong Yang Tong Zhan Bu

Le Front Uni émane du Comité Central et renvoie historiquement à l’alliance du Parti Communiste et du Guo Min Dang (KMT) pour lutter d’abord contre le chaos des seigneurs de la guerre dans les années 20, puis contre l’invasion japonaise. Supprimé par Mao puis recrée par Deng Xiaoping en 1979, il est placé sous l’autorité du Parti. Son rôle est de contrôler les partis non communistes ainsi que toutes les organisations pouvant exercer une influence sociale, académique, politique ou économique sur la société chinoise, tout en maintenant avec eux des liens étroits afin qu’ils soutiennent l’action du Parti.

Le Front est d’abord composé de 8 « petits Partis politiques » et de la fédération chinoise de l’industrie et du commerce. Son domaine d’action est vaste et extensible. Entretenant des liens étroits avec le ministère des Affaires religieuses, il est aussi un des instruments du contrôle des minorités ethniques et religieuses.

Lors du processus de rétrocession de Hong Kong, il a joué un rôle éminent dans la promotion du schéma « Un pays deux systèmes ». Il contribue également à la diffusion des « valeurs chinoises » à l’étranger et à la promotion de la relation avec Taïwan sous le concept « d’une seule Chine », dans la perspective d’une réunification sous la direction du Parti.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Hong Kong : l’Art 21 sur la sécurité nationale, arme absolue de Pékin contre les émeutiers démocrates. Les juges de la R.A.S. résistent-ils ?

Le Parti, point de situation et perspectives. La « sécurité nationale », assurance à large scope pour la pérennité du Parti-État

Bruits de ferraille en mer de Chine de l’Est. Chronique d’un nationalisme enflammé et contrecoups

Retour sur la troublante psychose de l’origine fabriquée de la pandémie

A Hong Kong, Pékin impose le patriotisme électoral et éteint la mèche démocratique allumée par Chris Patten