Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

Pékin ce n’est pas de la tarte

Chapitre VII

Nous n’avions pas tardé à recevoir des nouvelles de Paris. Cucchini et Piedritti étaient connus de nos services : ils appartenaient à la mouvance maffieuse d’un groupuscule indépendantiste corse, et avaient participé à quelques coups de main de la branche armée du MPA, issu du FLNC Canal Habituel... Lors de la dissolution du MPA, on les avait retrouvés tout naturellement chez Armata Corsa, vu qu’ils étaient tous les deux des enfants de Lumio, au cœur de la Balagne... On les avait revus distribuant quelques tracts, mais on les soupçonnait surtout de pas mal d’explosions, de beaucoup de rackets et d’extorsions diverses. Ils géraient quelques établissements douteux sur Bastia et Ajaccio et avaient réussi, jusqu’à aujourd’hui, à passer au travers des mailles de la justice malgré de nombreuses inculpations pour trafic de stupéfiants et proxénétisme...

Cucchini, c’était le brigand corse presque sympathique, adepte du grand banditisme à composante paternaliste et nationaliste, mélangeant allègrement la politique et les autres activités criminelles, mais prenant son temps pour enseigner la patience aux petits jeunes qui arrivaient sur le marché, en leur expliquant sagement, deux flingues posés devant lui, que chaque chose venait en son temps pour qui savait attendre...

Piedritti, c’était le contraire, genre jeune pousse coriace. Il tirait d’abord, dynamitait ensuite et regardait après s’il restait quelqu’un pour entendre parler de patience... Il était à la tête d’une petite société de transport qui lui permettait de justifier l‘expédition de marchandises de toutes sortes. On murmurait sur le cours Napoléon que pas mal de jeunes filles des pays de l’est avaient emprunté ses camions dernièrement...

- Qu’est-ce qu’ils peuvent bien comploter en Chine ? Avait demandé Mimille lors de notre dernier meeting.

Il n’était pas le seul à se poser la question... C’était une énigme, et la première fois depuis bien longtemps que les familles corses réapparaissaient dans l’Empire... On en avait une tartinée du temps banni de nos colonies, quand l’Administration nous exilait du fonctionnaire débonnaire, et que la pègre de notre concession de Shanghai côtoyait celle de la Cannebière. Mais les Corses s’étaient depuis longtemps débridés. Et la population corse ne se montait plus qu’à quelques expatriés que l’on ne pouvait guère taxer de proxénétisme ou de trafic de drogue. Ce débarquement sur la scène chinoise était imprévu mais pas étonnant... L’émergence d’une nouvelle Chine dans le commerce mondial et la globalisation avait aussi eu des conséquences dans le monde de la pègre et des truands...

- Hé bien, c’est exactement la question ! Lui avait répondu le Général, et j’aimerais bien qu’on y réponde assez vite ! Dans un premier temps, on leur colle au cul.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Xénophobie et nationalisme. Effet collatéral de la crise entre la Chine et l’Occident, Chloé Zhao dans la tourmente des réseaux sociaux

Dans la Chine profonde, les murs parlent

Le public chinois n’a pas vraiment aimé le dernier Mulan de Walt Disney

L’Azalée de Jacques Pimpaneau

Solidarité musicale avec Wuhan